10.12.2019 à 13:22

Un parieur s'incruste sur le court et touche le pactole!

Tennis

Lors d’un tournoi professionnel à Doha, un Ukrainien a perdu 0-6, 0-6 sans marquer un point. Il s’agirait d’un parieur «qui empoignait une raquette pour la première fois».

par
Sport-Center

Scène surréaliste au premier tour des qualifications du tournoi ITF M15 de Doha ce week-end. Grâce aux caméras fixes qui diffusent les matches de ce tournoi du plus petit échelon professionnel, les mordus de tennis ont pu assister au «golden bagel» ou «parfait vélo»: soit un 6-0 6-0 sans perdre un point (48-0). L’auteur de cet exploit est Thaïlandais. Il s’appelle Krittin Koaykul et pointe au 1367e rang ATP. Mais à la vue des images, c’est bien évidemment son adversaire qui a attiré l’attention.

Pas besoin de connaître le tennis pour constater que le dénommé Artem Bahmet n’a pas dû souvent toucher une raquette avant ce match. Service poussé, technique rudimentaire, l’Ukrainien ne sait tout simplement pas jouer. Comment s’est-il donc retrouvé sur le court? Sans doute n’y avait-il pas assez de «joueurs sérieux» - avec des classements internationaux ou nationaux – pour remplir les 32 places du tableau des qualifications. Le juge arbitre n’avait alors pas d’autre choix que de faire confiance à sa volonté de concourir.

Mais comment un joueur aussi faible peut-il se retrouver à disputer un tournoi à 5000 kilomètres de chez lui? Oleg S., un suiveur assidu et très bien renseigné de la planète tennis, a répondu à cette question en traduisant du russe les échanges d’un forum. «Sur cette vidéo, vous pouvez voir notre manager Artem qui joue un tournoi ITF. Il empoignait une raquette pour la première fois, peut-on y lire. Meilleur match de ma vie, il ne connaît même pas les règles du tennis.»

La Jungle des parieurs

C’est drôle en effet. Mais pas seulement. Car selon cette même source, Artem est le manager d’une équipe de parieurs et de «courtsiders»; cette caste qui sévit en lisière de la loi sur tous les tournois de catégorie inférieure. «Grâce à ce match, on a financé une semaine à Doha, voyage et super-hôtel, pour deux personnes. Et même bien plus que ça, se vante le forum. En plus, il a prévu de rejouer les qualifications la semaine prochaine.»

On pourra donc saisir cette occasion pour voir si la TIU, Tennis Integrity Unit, fait correctement son travail. Si Artem Bahmet peut en effet faire une nouvelle fois admirer son tennis de rêve à la foule de Doha durant 48 points le week-end prochain, l’ITF aura la preuve de l’ampleur du mal qui gangrène son World Tennis Tour.

Mathieu Aeschmann

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!