Actualisé 12.04.2019 à 16:45

Un Palestinien de 15 ans tué par des tirs israéliens

Gaza

Des tensions dans la bande de Gaza ont à nouveau fait une victime ce vendredi. Un ado a été mortellement touché au ventre par des tirs israéliens.

1 / 150
Tsahal a annoncé mercredi avoir mené des raids sur le Hamas en réponse à deux tirs de roquettes de Gaza. (27 novembre 2019)

Tsahal a annoncé mercredi avoir mené des raids sur le Hamas en réponse à deux tirs de roquettes de Gaza. (27 novembre 2019)

AFP
Au centre, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui a été mis en examen pour «corruption». (Jeudi 21 novembre 2019)

Au centre, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui a été mis en examen pour «corruption». (Jeudi 21 novembre 2019)

Keystone
Israël a revendiqué des frappes de «grande ampleur» sur la Syrie. (Mercredi 20 novembre 2019)

Israël a revendiqué des frappes de «grande ampleur» sur la Syrie. (Mercredi 20 novembre 2019)

Keystone

Un adolescent palestinien de 15 ans a été tué vendredi par des tirs israéliens lors de manifestations et de heurts le long de la frontière dans la bande de Gaza, ont indiqué les autorités.

Mayssara Abou Shalouf a été atteint au ventre à l'est de Jabaliya, dans le nord de l'enclave, a dit le ministère gazaoui de la Santé.

Au moins 48 autres Palestiniens ont été blessés en plusieurs points le long de la frontière, a dit le ministère.

L'armée israélienne a indiqué qu'environ 4700 Palestiniens avaient manifesté à différents endroits et qu'un certain nombre d'entre eux avaient lancé des pierres sur les soldats postés sur la frontière, et tenté de forcer la barrière frontalière israélienne, lourdement gardée.

Les soldats ont riposté avec des moyens anti-émeutes et à balles réelles, «conformément aux procédures opérationnelles en vigueur», a dit un porte-parole, sans s'exprimer spécifiquement sur la mort de l'adolescent.

Manifestations quotidiennes

La bande de Gaza, coincée entre Israël, Egypte et Méditerranée et éprouvée par les guerres, la pauvreté et les blocus israélien et égyptien, est depuis mars 2018 le théâtre toutes les semaines de manifestations, le plus souvent accompagnées de violences, le long de la frontière.

Au moins 264 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens depuis cette date, la grande majorité lors des rassemblements le long de la frontière, les autres dans des frappes israéliennes en représailles aux actes d'agression en provenance de Gaza.

Deux soldats israéliens ont été tués durant la même période.

L'armée israélienne, accusée d'usage excessif de la force par les Palestiniens et les organisations de défense des droits humains, affirme ne faire que défendre sa frontière et son territoire. Elle accuse le mouvement islamiste Hamas, qui gouverne l'enclave, d'orchestrer la contestation et de servir de celle-ci pour des agissements hostiles contre Israël.

Israël et le Hamas se sont livré trois guerres depuis 2008.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!