Coronavirus - Un pass sanitaire pour aller au restaurant? «C’est inacceptable!»
Actualisé

CoronavirusUn pass sanitaire pour aller au restaurant? «C’est inacceptable!»

Le patron de GastroSuisse, Casimir Platzer, prévient que la branche de la restauration refusera ce type de contrôle à l’entrée des établissements publics comme condition pour les rouvrir.

par
Eric Felley
Pour le patron des patrons des restaurants suisses, Casimir Platzer, limiter l’accès à l’intérieur des établissements aux personnes vaccinées est exclu.

Pour le patron des patrons des restaurants suisses, Casimir Platzer, limiter l’accès à l’intérieur des établissements aux personnes vaccinées est exclu.

RTS

La semaine dernière, le Conseil fédéral a annoncé que l’accès aux grands événements, qui pourront être organisés cet été, sera limité aux personnes vaccinées, guéries ou qui ont fait un test PCR négatif. Il s’agirait de la première application concrète du certificat que la Confédération veut mettre au point d’ici à la fin juin. Ce week-end, la proposition des médecins et des pharmaciens suisses de lancer rapidement leur propre certificat pour la fin mai a suscité la polémique.

Ce doublon entre ce que préparent l’OFSP, d’un côté, et la FMH et PharmaSuisse de l’autre, a fait réagir le patron de GastroSuisse, Casimir Platzer, sur la RTS: «C’est le principe qui ne joue pas… L’OFSP n’a pas fait son travail. S’il fallait trouver une solution suisse, il y a la possibilité d’un code QR pour toute la Suisse. Sinon, on risque d’avoir des dizaines de solutions différentes, où on travaille avec le fédéralisme et chacun a sa solution».

Il semble que certains veulent aller dans cette direction

Casimir Platzer, président de GastroSuisse.

Les restaurants ne pourront probablement pas rouvrir l’intérieur de leurs établissements avant le 26 mai. Ils pourraient le faire ensuite, et peut-être avec cette même condition de présenter le certificat vaccinal pour y avoir accès. La position de Casimir Platzer sur la «RTS» n’était pas claire à ce sujet. Interpellé par lematin.ch, le président de la faîtière s’oppose de toutes ses forces à une telle obligation: «Il semble que certains veulent aller dans cette direction. Mais pour nous c’est inacceptable. Cela créerait une population à deux vitesses et cela signifierait en fait une obligation de se faire vacciner. Dans les grands événements, on peut comprendre que l’on contrôle une fois à l’entrée, mais dans un restaurant cela ne joue pas. Ce n’est pas aux restaurateurs de faire la police ou d’engager un Securitas pour faire ce travail. Aller jusqu’à demander un test PCR négatif pour entrer dans un restaurant, c’est ridicule. Les restaurants ont prouvé l’année dernière qu’ils disposaient de concepts de protection bien rodés et il n’y a eu aucun foyer de contagion nulle part.»

Craint-il que cette proposition arrive sur la table? «J’ai bien l’impression qu’il y a des gens qui travaillent dans cette direction. En Autriche la chose est quasi décidée… Rappelons qu’en Suisse, actuellement, il n’y a que 13% environ de la population qui est vaccinée». Le président Platzer précise aussi que dans beaucoup de cantons, la loi oblige les restaurateurs à servir tout le monde.

Votre opinion

324 commentaires