Publication: Un photographe au sommet du Jura bernois

Publié

PublicationUn photographe au sommet du Jura bernois

Un photographe fait une balade autour du Chasseral avant le lancement de la marque «Grand Chasseral»

par
Vincent Donzé
1 / 6
Haut de 114 mètres, l’émetteur du Chasseral est un symbole pour toute une région.

Haut de 114 mètres, l’émetteur du Chasseral est un symbole pour toute une région.

DR
C’est cette prise de vue que le photographe prévoyait pour la couverture de son livre.

C’est cette prise de vue que le photographe prévoyait pour la couverture de son livre.

DR
Ici face aux Alpes par-dessus le Plateau, Vincent Bourrut s’éclate face à un lever ou un coucher de soleil.

Ici face aux Alpes par-dessus le Plateau, Vincent Bourrut s’éclate face à un lever ou un coucher de soleil.

DR

La remarque a fusé lors d’une séance de dédicace, le 17 novembre dernier à Tavannes: «Vous pouvez changer le titre de votre livre». L’auteur de «Balade photographique – Jura bernois et lac de Bienne» est resté interloqué: «J’ai cru à un gag». Le lancement de la marque «Grand Chasseral» pour désigner le Jura bernois lui avait échappé. Et pourtant: le photographe Vincent Bourrut a placé le sommet jurassien au cœur de son ouvrage.

Lancée par la Fondation pour le rayonnement du Jura bernois, l’appellation «Grand Chasseral» plaît au photographe nouvellement établi à La Neuveville, une commune du bord du lac de Bienne séparée du sommet du Chasseral par le plateau de Diesse. «Elle est moderne et dynamique, mais elle est surtout poétique», dit-il en évoquant un «renouvellement identitaire»

«Jura bernois, ce n’est pas très glamour», poursuit Vincent Bourrut. La nouvelle appellation va-t-elle s’enraciner? «On ne va pas switcher tout de suite: le Jura bernois restera dans les conversations! Immédiatement après le lancement de l’euro, nos voisins ont continué d’afficher les prix en francs français…», sourit le photographe.

1 / 3
La «Balade photographique – Jura bernois et lac de Bienne» aurait pu prendre l’appellation «Grand Chasseral»

La «Balade photographique – Jura bernois et lac de Bienne» aurait pu prendre l’appellation «Grand Chasseral»

DR
Après avoir terminé ses études en informatique de gestion, il s’est offert un appareil reflex avec lequel il a commencé à photographier des insectes en macro, puis des bâtiments illuminés de nuit. En 2003, il s’est intéressé à la photographie de paysages, qui demeure à ce jour son sujet de prédilection.

Après avoir terminé ses études en informatique de gestion, il s’est offert un appareil reflex avec lequel il a commencé à photographier des insectes en macro, puis des bâtiments illuminés de nuit. En 2003, il s’est intéressé à la photographie de paysages, qui demeure à ce jour son sujet de prédilection.

DR
Depuis 2011, Vincent Bourrut (49 ans) est photographe indépendant à plein temps, principalement actif dans le paysage et l’architecture mais également dans le reportage photo de mariages.

Depuis 2011, Vincent Bourrut (49 ans) est photographe indépendant à plein temps, principalement actif dans le paysage et l’architecture mais également dans le reportage photo de mariages.

DR

Retour à son livre de photos: «Il y a un décalage dans un titre que j’ai eu de la peine à trouver…», reconnaît l’auteur. En couverture, la photo du Chasseral avec son antenne, c’est l’éditeur «Alphil» qui l’a imposée. «J’avais choisi une vue depuis le plateau de Diesse, pour illustrer mon propre cheminement», indique le photographe chaux-de-fonnier qui a transité par Lignières (NE).

L’antenne de télécommunication est-elle belle ou laide? «Elle est magnifique! On peut la voir comme un tas de métal, mais c’est un monument, tout un symbole!» s’enthousiasme Vincent Bourrut. «Quand on rentre de vacances et qu’on aperçoit l’antenne au loin, on se dit qu’on arrive chez nous», confie le photographe pour qui le Chasseral est aux Jurassiens bernois ce que le Moléson est aux Gruyériens.

Dédicaces le 7 décembre à la librairie Tschan à Tramelan dès 16 h 30, conférences-projections le 8 décembre au «ciné2520» de La Neuveville (20 h) et le 15 décembre au «CCL» de Saint-Imier à 20 h.

Ton opinion

16 commentaires