Art - Un Picasso mis en vente sous forme de jetons numériques
Publié

ArtUn Picasso mis en vente sous forme de jetons numériques

La toile «La fillette au béret» va être vendue sur la blockchain sous forme de parts «tokénisées», a annoncé jeudi la cryptobanque zurichoise Sygnum.

Une toile de Picasso va être mise en vente sur la blockchain sous forme de parts numériques, a annoncé jeudi la cryptobanque zurichoise Sygnum. Intitulée «Fillette au béret», cette huile sur toile de 65 par 54 cm datant de 1964, est évaluée à 4 millions de francs suisses. Le tableau sera mis en vente en partenariat avec le fonds américain Artemundi, spécialisé dans les investissements dans l’art.

L’opération se fera par le biais de la technologie de la chaîne de blocs (ou «blockchain») sous forme de jetons qui s’apparentent à des actions. Elle doit permettre aux investisseurs d’acheter des parts de la toile mais aussi, comme en Bourse, de les négocier et échanger sur un marché secondaire où les vendeurs et acheteurs seront mis en relation par Sygnum.

Prix minimum de chaque jeton: 5000 francs suisses

Les parts, ou «jetons», de la toile seront mises en vente avec un prix minimum de souscription de 5000 francs, précise la cryptobanque qui insiste sur le fait que l’établissement est régulé par la Finma, l’autorité de surveillance des marchés en Suisse.

Les transactions se feront en francs suisses par le biais des jetons stables émis par Sygnum, qui sont des formes de monnaies digitales plus stables adossées à une grande monnaie. La toile, elle-même, sera stockée dans un entrepôt hautement sécurisé pour les œuvres d’art.

Avec cette mise en vente sous forme de parts sur la chaîne de blocs, la cryptobanque entend abaisser les barrières à l’entrée au marché de l’art, et «ouvrir un univers d’opportunités d’investissement unique» et «accessible à tous», a déclaré Mathias Imbach, le cofondateur et directeur général de Sygnum Bank, cité dans le communiqué.

La souscription reste cependant destinée aux professionnels et investisseurs institutionnels.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires