Royaume-Uni – Un policier écope de trois ans de prison pour voyeurisme
Publié

Royaume-UniUn policier écope de trois ans de prison pour voyeurisme

Vendredi, la justice a condamné un agent des forces de l’ordre britannique pour avoir filmé des dizaines de femmes nues à leur insu.

La police anglaise a été éclaboussée ces derniers mois par une série d’affaires impliquant ses agents.

La police anglaise a été éclaboussée ces derniers mois par une série d’affaires impliquant ses agents.

AFP

Un policier londonien accusé d’avoir filmé des dizaines de femmes nues à leur insu a été condamné vendredi, à trois ans de prison pour voyeurisme, une nouvelle affaire éclaboussant la prestigieuse police de la capitale britannique. L’inspecteur-détective Neil C., 40 ans, était accusé par 19 femmes de faits de voyeurisme survenus entre janvier 2017 et février 2020, pour lesquels il avait plaidé coupable mi-septembre devant la Westminster Magistrates' Court.

Cet homme marié et père de famille se faisait passer pour un photographe auprès de femmes venues poser nues dans des hôtels ou appartements loués sur Internet dans les régions de Londres, Manchester (nord de l’Angleterre) et Brighton (sud de l’Angleterre). Il y avait dissimulé au préalable des caméras dans des objets du quotidien – boîtes de mouchoirs, lunettes, chargeurs - afin de les filmer à leur insu.

Soupçons liés à un réveil

Ancien membre d’une brigade antiterroriste, Neil C. avait été arrêté après les soupçons d’une mannequin sur un réveil, qui avait constaté en cherchant la marque sur Internet qu’il s’agissait d’un appareil muni d’un dispositif d’enregistrement qui pouvait être contrôlé depuis un téléphone. Lors de son arrestation, les agents avaient trouvé sur le disque dur du policier des images de 51 femmes différentes.

Rendant sa décision, le juge Martin Edmunds a estimé que Neil C. n’avait pas «exploité (son) rôle de policier pour localiser ou intimider (ses) victimes, au contraire, il leur avait plutôt caché». Cependant, lorsqu’elles ont appris qu’il était membre des forces de l’ordre, «il est clair que cela a sérieusement ébranlé leur confiance dans la police», ce que le juge a estimé «particulièrement grave».

La «Met Police» a été éclaboussée ces derniers mois par une série d’affaires impliquant ses agents. L’un deux, Wayne C., a été condamné en septembre à la réclusion à perpétuité pour avoir utilisé sa carte de policier pour arrêter Sarah Everard, qui rentrait à pied chez elle, avant de la violer et l’étranger puis mettre le feu à son corps. Deux agents ont été condamnés en décembre, à de la prison ferme pour avoir pris et partagé sur Whatsapp des photos de deux sœurs assassinées.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires