Actualisé

Nouvelle-ZélandeUn premier navire pour évacuer les sinistrés

De nombreuses personnes étaient restées coincées dans la localité de Kaikoura après le puissant séisme de lundi.

1 / 31
Un premier bâtiment militaire néo-zélandais a jeté l'ancre devant Kaikoura pour participer à l'évacuation des touristes coincés. (Mercredi 16 novembre 2016)

Un premier bâtiment militaire néo-zélandais a jeté l'ancre devant Kaikoura pour participer à l'évacuation des touristes coincés. (Mercredi 16 novembre 2016)

Keystone
L'armée de l'air de la Nouvelle-Zélande a commencé à évacuer par hélicoptère environ un millier de touristes dans des zones isolées (Mardi 15 novembre 2016).

L'armée de l'air de la Nouvelle-Zélande a commencé à évacuer par hélicoptère environ un millier de touristes dans des zones isolées (Mardi 15 novembre 2016).

Photo prise d'un hélicoptère de la défense néo-zélandaise montrant des dégâts sur le littoral après le tremblement de terre du 14 novembre 2016. (Mardi 15 novembre 2016).

Photo prise d'un hélicoptère de la défense néo-zélandaise montrant des dégâts sur le littoral après le tremblement de terre du 14 novembre 2016. (Mardi 15 novembre 2016).

Un premier bâtiment militaire néo-zélandais a jeté l'ancre mercredi devant Kaikoura pour participer à l'évacuation des touristes coincés dans cette localité depuis le puissant séisme de lundi.

Des navires de guerre américain, canadien et australien devraient prochainement rejoindre le HMNZS Canterbury et renforcer le dispositif d'assistance aux victimes du séisme de magnitude 7,8 qui a fait deux morts et de très importants dégâts.

Au moment de la secousse vers minuit lundi, 1200 visiteurs étaient présents à Kaikoura, une localité de 2000 habitants sur l'Île Sud connue comme un point de départ pour les excursions d'observation des baleines.

Voies d'accès terrestre impraticables

L'épicentre a été localisé à 23 km de profondeur, près de cette ville située à environ 90 kilomètres au nord de Christchurch, où un séisme de magnitude 6,3 avait fait 185 morts en février 2011.

Toutes les voies d'accès terrestre sont impraticables en raison de glissements de terrain. Environ 200 personnes ont été évacuées par hélicoptères mardi. Le Canterbury doit en prendre en charge 500 mercredi.

Ces navires étrangers, qui étaient initialement attendus dans la semaine à Auckland pour participer aux célébrations du 75e anniversaire de la Marine néo-zélandaise, ont été redirigés vers Kaikoura.

«Cela fait chaud au coeur de voir des partenaires étrangers prêts à modifier leurs plans pour proposer leur aide», a déclaré le ministre néo-zélandais de la Défense Gerry Brownlee.

Destroyer américain présent

Au sein de cette flotte internationale, figure notamment le destroyer USS Sampson, premier bâtiment militaire américain à se rendre en Nouvelle-Zélande depuis trois décennies.

Washington et Wellington furent alliés pendant la Seconde Guerre mondiale, mais les relations s'étaient dégradées pendant la Guerre froide, lorsque la Nouvelle-Zélande avait proclamé son statut d'Etat non nucléaire en 1984.

En 1986, Wellington avait interdit aux bâtiments à propulsion nucléaire ou équipés d'armes nucléaires de pénétrer dans ses eaux territoriales, ce qui posait un problème aux Etats-Unis, dont la politique est de ne confirmer, ni infirmer, les capacités nucléaires de ses vaisseaux.

Les Etats-Unis avaient répliqué en interdisant les ports américains aux navires de la marine néo-zélandaise.

Normalisation de la coopération

En visite en Nouvelle-Zélande, le secrétaire d'Etat américain John Kerry avait estimé dimanche que la visite de l'USS Sampson signifiait «la normalisation» de la coopération en matière de sécurité.

Trois autres bâtiments néo-zélandais sont impliqués dans les efforts d'assistance. Wellington a également accepté une aide du Japon et de Singapour.

L'archipel se trouve à la limite des plaques tectoniques de l'Australie et du Pacifique, zone qui fait partie de la «ceinture de feu» du Pacifique, où jusqu'à 15'000 séismes sont enregistrés chaque année.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!