Attentat de Strasbourg: Un proche de Chérif encore entendu
Publié

Attentat de StrasbourgUn proche de Chérif encore entendu

Une personne dans l'enquête sur l'assaillant de Strasbourg est toujours entendue. Depuis samedi, six personnes ont été relâchées, dont quatre membres de sa famille.

1 / 43
Pour rendre hommage aux victimes de l'attentat du marché de Noël l'an dernier, la ville a invité les habitants de Strasbourg à mettre des bougies à leurs fenêtres. (11 décembre 2019)

Pour rendre hommage aux victimes de l'attentat du marché de Noël l'an dernier, la ville a invité les habitants de Strasbourg à mettre des bougies à leurs fenêtres. (11 décembre 2019)

AFP
Un demi-frère de Chérif C., âgé de 15 ans, a été interpellé pour un vol à main armée. (Mardi 18 décembre 2018)

Un demi-frère de Chérif C., âgé de 15 ans, a été interpellé pour un vol à main armée. (Mardi 18 décembre 2018)

AFP
La justice française a mis en examen lundi un homme soupçonné d'avoir fournir l'arme qui a tué cinq personnes à Strasbourg. (17 décembre 2018)

La justice française a mis en examen lundi un homme soupçonné d'avoir fournir l'arme qui a tué cinq personnes à Strasbourg. (17 décembre 2018)

AFP

Les gardes à vue de deux personnes proches de Chérif Chekatt, l'assaillant de l'attentat de Strasbourg, ont été levées, tandis qu'une autre se poursuivait dimanche pour un membre de son entourage, a annoncé le parquet de Paris.

Ces gardes à vue ont été levées dimanche «en l'absence d'éléments incriminants» les concernant à ce stade, a précisé le parquet. Celles de quatre membres de la famille avaient été levées samedi.

Reste un membre de l'entourage de Chérif Chekatt, qui faisait partie des sept personnes interpellées après l'attentat mardi soir, et qui était toujours entendu dimanche par les services antiterroristes.

Délinquant fiché S

L'attentat a fait quatre morts, une personne en état de mort cérébrale et onze blessés, dont certains encore dans un état grave. L'assaillant, 29 ans, était un délinquant fiché S pour radicalisation islamiste.

Dès le début de la traque du fugitif, au soir de l'attentat, le père et la mère de Chérif Chekatt, ainsi que deux de ses frères, avaient été placés en garde à vue, certains s'étant présentés d'eux-mêmes aux autorités. Ils ont été relâchés samedi, là encore, «en l'absence d'éléments incriminants à ce stade».

Aide logisitique

Un autre membre de son entourage avait été à son tour placé en garde à vue mercredi et deux autres proches dans la nuit de jeudi à vendredi, après la mort du tueur, abattu par des policiers dans le quartier strasbourgeois du Neudorf, à l'endroit même où sa trace s'était perdue.

L'enquête s'attache notamment à rechercher d'éventuels complices susceptibles de l'avoir aidé ou encouragé dans la préparation de son passage à l'acte et de lui avoir fourni une aide logisitique dans sa fuite.

Dimanche, l'heure était au recueillement à Strasbourg où des centaines de personnes émues se sont réunies pour rendre hommage aux victimes. L'organisation djihadiste EI a revendiqué les attaques mais cette revendication est toutefois mise en doute par les autorités.

Selon le témoignage d'un homme présenté comme étant Abdelkrim Chekatt, le père de Chérif Chekatt, diffusé samedi soir sur France 2, le jeune homme adhérait aux idées de l'EI; il disait par exemple que «Daesh combat pour une juste cause», a-t-il affirmé, assurant avoir tenté de lui ouvrir les yeux sur cette organisation.

(AFP)

Votre opinion