Belgique: Un rapace agressif attaque les joggeurs

Actualisé

BelgiqueUn rapace agressif attaque les joggeurs

Une buse a molesté au moins deux personnes en quelques jours. Le phénomène est rare mais explicable, selon les spécialistes.

par
lematin.ch
Une des victimes de la buse, le crâne ensanglanté.

Une des victimes de la buse, le crâne ensanglanté.

iStock/Facebook

Des attaques surprenantes ont eu lieu ces derniers jours à Boninne, un quartier de la ville belge de Namur. Là, un rapace agressif s'en prend à des joggeurs. Un premier cas a été signalé sur Facebook. «Il s'est fait attaquer par une buse. Donc soyez vigilants. On suppose qu'elle a son nid tout près», peut-on lire. Le message est accompagné d'une photo du joggeur, le crâne ensanglanté.

La RTBF a retrouvé une autre victime du rapace, Denis, également adepte de course à pied. «J'étais en train de faire mon jogging, sur un sentier dans un bois entre Bonnine et Champion, dimanche soir vers 20 h 30. Soudain, j'ai vu un oiseau de grande envergure passer à un mètre à peine au-dessus de moi. Ça m'a surpris!», raconte-t-il.

«Un gros coup sur ma tête»

«Puis, soudainement, j'ai senti un gros coup sur ma tête, comme quelque chose de très lourd qui tombait sur ma tête. J'ai eu peur, je suis tout de suite parti en courant car je redoutais une nouvelle attaque», explique Denis. Qui a ensuite constaté qu'il avait une «grosse griffe» sur le crâne et qu'il saignait.

Comment expliquer ces cas? «C'est un phénomène rare, mais très régulier: on recense quelques cas chaque année», explique l'ornithologue Jean-Yves Paquet à la RTBF. «Cela arrive toujours à la même période: celle de la nidification des buses. On est en pleine période de reproduction, ces buses qui attaquent les passants tentent certainement de protéger leurs petits, c'est aussi pour ça que ce sont des événements très localisés.»

Ce spécialiste précise que se sont souvent des joggeurs qui font les frais de ces assauts, «peut-être à cause de leur vitesse de déplacement qui énerve particulièrement les buses». Enfin si une personne devait être victime de ces attaques exceptionnelles, l'ornithologue conseille de désinfecter soigneusement la plaie: «La buse est un charognard, donc il faut bien nettoyer la blessure.»

R.M.

Ton opinion