10.11.2020 à 15:30

FootballUn rare «amical» dont il faut doublement profiter

Face à la Belgique, l’équipe de Suisse doit préparer au mieux les deux échéances suivantes en Ligue des Nations. Elle peut aussi s’enlever deux épines du pied.

par
Robin Carrel
Sans matches amicaux, pas de première sélection pour Becir Omeragic.

Sans matches amicaux, pas de première sélection pour Becir Omeragic.

KEYSTONE

Ce qui est bien, avec la Ligue des Nations, c'est qu'elle a remplacé des matches amicaux jugés insipides et sans doute pas assez rémunérateurs. Mais ce qui n'est pas bien avec la Ligue des Nations, qui offre un «titre» tous les deux ans et des matches à «enjeu» un peu toute l'année, c'est justement qu'il n'y a quasiment plus de matches amicaux. De vrais matches de préparation, qui permettent d'essayer des choses et des joueurs.

On l'a vu en octobre contre la Croatie, par la force des choses, Vladimir Petkovic a été bien obligé de lancer des nouveaux dans l'arène, même si le coefficient de sa sélection allait en pâtir. Il n'est, en effet, pas idéal de jouer trois matches internationaux en six jours. Surtout dans cette période post-pause Covid, où les organismes sont tellement sollicités. Les clubs employeurs des internationaux croulent sous les blessures et n'aiment déjà pas lâcher leurs éléments dans des années dites normales…

Enchaîner les miracles

Il y a un mois, face aux Croates, le sélectionneur avait pu lancer dès le coup de sifflet initial ou en cours de match des hommes comme Jonas Omlin, Jordan Lotomba, Becir Omeragic, Djibril Sow et Simon Sohm. Problème, dans le même temps depuis l'autre banc, Zlatko Dalić envoyait pour sa part des cadors comme Marcelo Brozovic, Ivan Perisic et surtout Luka Modric, et la Suisse perdait encore des points dans la course au chapeau 1 pour le tirage au sort de la Coupe du monde 2022 au Qatar, qui aura lieu le 7 décembre déjà.

Toute la différence entre une équipe vice-championne du monde et une autre qui bute sur les 8es de finale? Pas seulement, car on a là l'exemple de deux petits pays de 8,6 millions de Suisses et de 4 millions pour les Croates, qui «surperforment» à l'échelon international. La «Nati» travaille actuellement à se donner la profondeur qui lui permettra d'enchaîner les petits miracles, comme se qualifier sereinement tous les deux ans pour tous les grands tournois, ce qu’elle fait avec brio (sauf un) depuis l'Euro 2004 au Portugal. Et plus si affinités ensuite, comme réaliser un plus grand exploit en passant enfin ce maudit cap qui l'emmènera dans le grand huit.

L’équipe progresse, elle évolue.

Vladimir Petkovic

«J’ai conscience que nos résultats ne sont pas satisfaisants, analysait le sélectionneur suisse à l'heure d'annoncer ses choix, vendredi dernier. Mais ce constat comptable ne m’empêche pas de considérer que nous sommes dans les temps en vue de notre préparation pour l’Euro 2021. L’équipe progresse, elle évolue. On a pu utiliser un plus grand nombre de joueurs, ce qui me semble essentiel à l’automne. Il faut maintenant que les résultats épousent cette évolution.»

Cette semaine, puisque la majorité des cadres est une fois n'est pas coutume présente (n'avoir que Lotomba, Zakaria, Mbabu et Omlin d'absents en période de Covid, c'est peu!) la partie contre la Belgique sera plus une rencontre de préparation qu'amicale, avant de tenter de conserver sa place dans l'élite de la Ligue des Nations. Sauf que les Suisses auront deux bonnes raisons de l'emporter, lors du coup d'envoi, sur la pelouse du King Power at Den Dreef Stadion: un succès leur permettrait d'effacer le spectre d'une première année entière sans victoire depuis 1998 et ferait grand bien à son coefficient dont on parlait plus haut.

«Pour moi, le plus important, c’est de prendre six points contre l’Espagne et l’Ukraine afin de sauver notre place en Ligue A et, du même coup, assurer une place dans le Top 10 avant le tirage au sort, imaginait de son côté le coach. Je suis d’un naturel optimiste. Je pense que l’on peut y arriver, que l’on peut aussi gagner en Belgique et je veux que mes joueurs en soient convaincus eux aussi.» Ainsi, les Suisses pourront préparer en toute quiétude l'Euro 2020 (repoussé en 2021) avec plein de matches amicaux de préparation dès mars prochain! Et puis la Belgique, ça reste un bon souvenir…

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!