Tour incendiée à Londres: Un responsable local acculé à la démission

Publié

Tour incendiée à LondresUn responsable local acculé à la démission

Le chef du conseil de quartier de Kensington-Chelsea, où l'incendie de la tour Grenfell a fait au moins 79 morts, a été poussé vers la sortie par le gouvernement de Theresa May.

1 / 52
Le rapport d'enquête, partiellement rendu public le 29 octobre 2019, pointe du doigt les lacunes et les dysfonctionnements des services de secours lors de l'incendie de la Tour Grenfell à Londres qui avait fait 72 morts en juin 2017.

Le rapport d'enquête, partiellement rendu public le 29 octobre 2019, pointe du doigt les lacunes et les dysfonctionnements des services de secours lors de l'incendie de la Tour Grenfell à Londres qui avait fait 72 morts en juin 2017.

AFP
Hommage aux victimes de la tour Grenfell. (Mercredi 13 juin 2018)

Hommage aux victimes de la tour Grenfell. (Mercredi 13 juin 2018)

AFP
Un an après l'incendie qui a ravagé la tour Grenfell, faisant 71 morts, les habitants de Londres se sont recueillis. (Mercredi 13 juin 2018)

Un an après l'incendie qui a ravagé la tour Grenfell, faisant 71 morts, les habitants de Londres se sont recueillis. (Mercredi 13 juin 2018)

AFP

Nicholas Holgate, le chef du conseil de quartier londonien de Kensington-Chelsea, a expliqué dans une déclaration aux médias britanniques que le ministre des Communautés Sajid Javid, issu du Parti conservateur, avait exigé mardi que les élus de cette mairie de quartier, dirigée par un maire du même bord politique, obtiennent sa démission.

Il a ajouté que son maintien en poste aurait été une «distraction» inappropriée, après la «bouleversante tragédie» du 14 juin, quand les flammes ont ravagé les 24 étages de cette tour de logements sociaux située dans un îlot populaire du quartier le plus riche de la capitale britannique.

«Enormément» à faire

Il a précisé que la priorité de la mairie de quartier restait de «s'occuper des familles» affectées par l'incendie, et qu'il restait «énormément» à faire. Cette démission fait suite aux excuses officielles présentées mercredi par la Première ministre Theresa May aux sinistrés pour la façon dont les autorités sont initialement venues en aide aux victimes, dans une tentative de diminuer les tensions avec la population locale.

La colère et la rancoeur ne s'apaisent pas dans le quartier, alors que les obsèques de la première victime de l'incendie, un réfugié syrien de 23 ans nommé Mohammad Alhajali, ont eu lieu mercredi dans une mosquée du quartier de East London, en présence notamment du maire de Londres, Sadiq Khan.

(ats)

Ton opinion