Un seul vendredi 13 pour tenter sa chance!
Publié

PartenariatUn seul vendredi 13 pour tenter sa chance!

Le calendrier est avare cette année de jours fastes. Alors n’hésitez pas à profiter aujourd’hui de toute la panoplie de jeux proposés par la Loterie Romande afin de tester votre bonne étoile.

par
Victor Fingal
Fêtez avec la Loterie Romande l’unique vendredi 13 de l’année.

Fêtez avec la Loterie Romande l’unique vendredi 13 de l’année.

VF

L’éphéméride ne distribue pas en 2022 les jours de chance à la pelle. Certaines années on en compte jusqu’à quatre, mais aujourd’hui, nous vivons l’unique vendredi 13 de l’an. C’est dire s’il faut en profiter! «Je m’attends à une plus grande participation aux jeux de la Loterie Romande, souligne Alain Zwahlen qui gère le Kiosque du Théâtre à Lausanne.

Bien sûr, l’EuroMillions est toujours très prisé parce qu’un tirage se déroule le vendredi. Mais tous les autres jeux sont concernés, du billet à gratter aux paris sportifs.» Autre signe particulier, de nombreux joueurs qui ont l’habitude de cocher à l’avance, attendront cette fois patiemment la date symbolique pour déposer leurs bulletins, a encore ajouté en substance le kiosquier.

Pourtant rien ne prédisposait le vendredi, associé au chiffre 13, à se parer d’augures favorables. Pendant des siècles, les paraskevidékatriaphobes – le nom scientifique des allergiques au vendredi 13 – ont dominé l’Occident. Charles Baudelaire dans «L’Examen de minuit», un poème du recueil «Les Fleurs du mal», parle d’une «date fatidique». Napoléon, Henri Ford ou Stephen King ont partagé la même phobie dont l’origine est multiple. Dans les Évangiles, le Christ et ses douze apôtres ont pris un vendredi leur dernier repas. Plus au nord, le dieu Baldr fut tué lors du banquet d’Odin qui rassembla 13 convives. Au tarot divinatoire, l’Arcane sans nom représenté par un squelette tenant une faux porte le chiffre 13 et n’annonce pas le meilleur.

Le vendredi 13 est passé de néfaste à faste

Mais à force de ressasser au cours des siècles, la face maudite du vendredi 13, cette date a subi une métamorphose radicale. «Grâce aux rites d’inversion», a expliqué Dominique Desjeux, professeur d’anthropologie sociale à l’Université Paris-Descartes, la date de malheur s’est changée en son contraire, un jour de chance. Aujourd’hui, la connotation bénéfique l’emporte nettement. Rien ne s’oppose donc à ce que votre bonne étoile vous sourit aujourd’hui. À vous d’en profiter!

Votre opinion