Publié

PédophilieUn Suédois jugé pour atteintes sexuelles sur 57 mineures

Un Suédois de 26 ans comparait depuis jeudi devant le tribunal de première instance d'Uppsala (centre) pour des atteintes sexuelles sur une soixantaine de mineures et pour pornographie infantile.

Un Suédois jugé pour atteintes sexuelles sur 57 mineures.

Un Suédois jugé pour atteintes sexuelles sur 57 mineures.

ARCHIVES, AFP

Le prévenu, Marcus Lönnestav, est accusé d'avoir contraint 57 jeunes filles, âgées de 10 à 15 ans au moment des faits, à lui envoyer des photos d'elles dans des positions indécentes ou à se déshabiller devant lui par cybercaméra interposée.

"L'accusation repose, [outre sur des preuves techniques], sur une soixantaine de témoignages mais la police a la preuve que plus de 200 jeunes filles ont été contactées par Marcus Lönnestav", a expliqué le procureur en charge de l'accusation, Pontus Melander.

Le prévenu contactait les enfants sur un site de partage de photos, dayviews, très populaire auprès des adolescents suédois. Les échanges se poursuivaient sur ce site ou par messagerie instantanée.

Les messages, les requêtes et l'attitude de Marcus Lönnestav visaient à "enfreindre l'intégrité sexuelle des plaignantes", précise l'acte d'accusation.

Témoignages sur vidéos

Tous les témoignages ont été enregistrés sur vidéos et seront diffusées lors du procès, a précisé Pontus Melander. Quatre plaignantes, qui ont désormais 15 ans révolus, seront également appelées à témoigner.

Selon leur avocate, Paola Negrete, chaque adolescente a "un ressenti différent" de l'affaire et nombre d'entre elles "ont reçu l'aide d'un psychologue".

Les ordinateurs et le téléphone portable du prévenu contenaient de "très nombreuses images et de nombreux films de pornographie infantile", a indiqué le procureur dans un communiqué

Marcus Lönnestav, qui est en détention provisoire depuis le 10 février, risque une peine minimale de six ans d'emprisonnement. Il plaide non-coupable.

Le procès, qui se déroule à huis-clos, devrait durer 20 jours.

(AFP)

Ton opinion