Actualisé 10.08.2012 à 11:11

Un Suisse accusé de corruption

Slovaquie

Un chef d'entreprise suisse d'origine slovaque aurait versé des fonds à des responsables slovaques afin d'obtenir un mandat public concernant le tunnel de Branisko.

Un chef d’entreprise suisse d’origine slovaque aurait versé 3 millions de francs à des responsables slovaques afin d’obtenir un mandat public concernant le tunnel de Branisko. Le Ministère public de la Confédération (MPC) l’a mis en accusation pour corruption. Le MPC a enquêté sur les raisons de l’adjudication du mandat relatif à la technologie du tunnel à un consortium suisse dont l’entreprise du prévenu faisait partie, a communiqué le parquet vendredi. Il part de l’idée qu’entre juillet 2001 et juin 2002, l’homme a utilisé illicitement et de façon répétée des fonds de sa société pour les faire parvenir à des agents publics étrangers.

Interrogé par l’ats, le patron de la société Erga suisse, Jan Godan, estime sans fondements les accusations portées contre lui. Ses avocats vont faire parvenir à la justice des documents qui prouveront son innocence, annonce-t-il.

Le MPC n’est manifestement pas du même avis. Selon sa porte-parole Jeannette Balmer, Berne a collaboré avec les autorités slovaques par le biais de l’entraide judiciaire. La somme du délit se monterait à environ 3 millions de francs.

Contrôle fiscal décisif

Les autorités fiscales ont découvert le pot-aux-roses à l’occasion d’un contrôle fiscal. Dans les livres comptables 2001/ 2002, elles ont trouvé la trace partielle de contrats fictifs et de fausses factures. Il s’agissait d’occulter les véritables raisons des versements ou de rendre vraisemblable que les paiements étaient justifiés par l’activité de la société.

Selon l’acte d’accusation dressé à l’attention du Tribunal pénal fédéral de Bellinzone, le Suisse est soupçonné de corruption d’agents étrangers, de gestion déloyale ou d’abus de confiance, de faux dans les titres et de fraude fiscale.

La presse slovaque a évoqué un scandale autour de l’attribution des travaux de construction du tunnel de Brankisko il y a quelques années déjà. En 2008, «The Slovak spectator» évoquait une dizaine d’inculpations pour crimes financiers graves, concernant notamment d’anciens cadres de l’administration nationale des routes. Le tunnel mis en service en 2003 a aussi été critiqué pour son coût très élevé.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!