Actualisé 14.06.2017 à 16:51

FranceUn suppléant «En Marche!» poursuivi pour agressions sexuelles

Le suppléant d'une candidate «En Marche!» a été exclu de la campagne suite à la révélation de sa mise en examen.

von
J.Z.
Alain Brevet est mis en examen pour agressions sexuelles par personne abusant de l'autorité que lui confère sa fonction.

Alain Brevet est mis en examen pour agressions sexuelles par personne abusant de l'autorité que lui confère sa fonction.

Facebook/Isia Khalfi

Alain Brevet, 49 ans, devait se présenter comme suppléant de la candidate «En Marche!» Isia Khalfi au second tour des législatives dans la première circonscription des Hauts-de-Seine (F).

Il n'en sera finalement rien. Selon Europe 1, ce dernier est actuellement mis en examen pour des faits d'agressions sexuelles datant de 2010 à 2012 et devait comparaître lundi dernier devant le tribunal correctionnel.

Des ennuis judiciaires qu'il aurait apparemment cachés à la candidate ainsi qu'à son parti. «Alain Brevet n'avait fait part de sa mise en examen et de sa convocation judiciaire ni à (elle) ni au mouvement», a affirmé Isia Khalfi. «En dissimulant ces informations, Alain Brevet a trahi les valeurs portées par La République en Marche», a regretté la candidate qui est arrivée en tête dans sa circonscription avec près de 30% des voix au premier tour.

Si le procès du suppléant a été renvoyé à 2018, il a été exclu de la campagne après la révélation, «sans préjuger de la suite judiciaire de cette affaire.»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!