Syrie: Un suspect arrêté après les attentats à Soueida

Publié

SyrieUn suspect arrêté après les attentats à Soueida

Les autorités syriennes ont arrêté dimanche un suspect après un double attentat ayant fait au moins 31 morts dans une zone druze dans le sud de la Syrie.

Au moins 31 personnes ont péri vendredi 4 septembre dans un double attentat à la voiture piégée dans le sud de la Syrie.

Au moins 31 personnes ont péri vendredi 4 septembre dans un double attentat à la voiture piégée dans le sud de la Syrie.

Archives/photo d'illustration, AFP

L'homme suspecté d'avoir participé aux attentats meurtriers vendredi est un membre d'Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda.

L'homme arrêté a «avoué sa responsabilité dans les deux attentats à la voiture piégée de vendredi», a indiqué l'agence de presse officielle Sana. Il aurait aussi «reconnu sa participation dans les attaques contre les membres de la police et des services de sécurité» survenues samedi, a ajouté Sana.

Deux voitures piégées ont explosé dans la ville de Soueida, ville peuplée majoritairement de Druzes dans le sud du pays, rapporte dimanche la presse officielle syrienne. L'un des attentats a coûté la vie à un dirigeant druze, le cheikh Wahid al-Balous, hostile à la fois au gouvernement de Damas et aux insurgés islamistes qui le combattent.

Le deuxième attentat a été commis peu après dans la ville. L'attentat contre le cheikh, qui dirigeait une puissante milice druze, a déclenché la colère des habitants de Soueida. Ils ont alors attaqué des bâtiments officiels en accusant le régime d'en être responsable.

Les manifestants ont aussi incendié des voitures et détruit une statue de l'ancien président Hafez al Assad, le père de Bachar, a précisé l'OSDH. Au moins six membres du service de sécurité ont été tués lors de ces affrontements, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

A l'avantage de Damas

Soueida est un fief de la communauté druze syrienne, traditionnellement fidèle au gouvernement de Damas et au président Bachar al Assad. Mais la communauté druze, qui représente environ 3% de la population syrienne, est divisée depuis le début de la guerre en Syrie en 2011.

Cheikh Balous était une personnalité populaire à Soueida. Selon des experts, sa mort bénéficierait en premier lieu au gouvernement. Damas est mécontent de son opposition à l'envoi de recrues de l'armée syrienne originaires de Soueida pour combattre hors de la province, qui est sous le contrôle du régime et de milices druzes.

(ats)

Ton opinion