Fusillade à Oberentfelden (AG): Un suspect de 32 ans a été arrêté
Publié

Fusillade à Oberentfelden (AG)Un suspect de 32 ans a été arrêté

Trois hommes ont été blessés par balles dans la nuit de samedi à dimanche dans un club privé d'Oberentfelden (AG). La police a interpellé un trentenaire.

par
ofu
La fusillade a éclaté dimanche dans des locaux situés à la Schönenwerderstrasse, à Oberentfelden (AG).

La fusillade a éclaté dimanche dans des locaux situés à la Schönenwerderstrasse, à Oberentfelden (AG).

Google Street View

Des éclaboussures de sang sur les rideaux témoignaient dimanche de la fusillade ayant éclaté dans un club privé d'Oberentfelden (AG).

Vers minuit, dans la nuit de samedi à dimanche, plusieurs coups de feu ont retenti dans les locaux situés à la Schönenwerderstrasse. Trois Turcs, âgés de 23, 26 et 36 ans, ont été blessés. Ils ont dû être opérés d'urgence. Leur vie n'est cependant plus en danger.

Pour l'instant, les circonstances de la fusillade restent peu claires. Un suspect a néanmoins pu être interpellé. Il s'agit d'un Turc de 32 ans, domicilié dans le canton d'Argovie. Le Ministère public a ouvert une enquête pour tentative de meurtre. Il a également demandé à ce qu'il soit placé en détention provisoire.

Daniel Saridis, porte-parole de la police cantonale argovienne, explique pour sa part que le club n'était pas particulièrement dans le viseur des forces de l'ordre. «Des contrôles isolés y ont été effectués par le passé, mais ils n'étaient pas en lien avec des infractions de violence.»

«Ils m'ont dit qu'ils ne pouvaient rien me servir»

Un coup d'oeil sur place montre que l'inscription «Kulturverein Shahmaran» (association culturelle Shahmaran) figure sur la vitrine du local privé. A en croire une inscription sur le Net, son but serait le «maintien des traditions de la culture kurde». La police tente désormais de retrouver la personne qui gère l'association.

Plusieurs habitant de la région affirment avoir entendu, à diverses reprises ces derniers temps, du bruit émanant de la salle. L'un d'entre eux explique avoir pénétré une fois à l'intérieur du club. «Ils m'ont dit qu'ils ne pouvaient rien me servir à boire.»

Votre opinion