États-Unis: Un «swatting» débouche sur une mort absurde
Actualisé

États-UnisUn «swatting» débouche sur une mort absurde

Envoyée sur un homicide inexistant avec prise d'otages, la police tire sur un père de famille et le tue. Une dispute entre gamers serait à l'origine du drame.

par
lematin.ch
Cordon de sécurité autour du domicile de la victime à Wichita.

Cordon de sécurité autour du domicile de la victime à Wichita.

dr

Le drame est survenu jeudi dernier à Wichita, dans le Kansas. Alertée par un appel d'urgence, la police se rend sur les lieux d'un homicide supposé avec prise d'otages. Andrew Finch ouvre la porte. Un mouvement de bras vers la taille trompe un policier, qui ouvre le feu. L'homme âgé de 28 ans s'écroule et meurt. Ce père de deux enfants n'était pas armé. Sur place, il n'y avait ni homicide ni prise d'otages.

Les premiers éléments donnés par la police de Wichita et de Los Angeles mais aussi divers témoignages sur les réseaux sociaux permettent déjà de démêler l'enchaînement des circonstances, rapporte notamment le Wichita Eagle. Andrew a été ainsi la victime d'un «swatting», pratique qui consiste à annoncer aux forces de l'ordre des délits graves mais imaginaires afin de les faire se déplacer et flanquer une belle frousse à l'occupant du lieu.

La description des événements selon la police de Wichita.

Selon des informations relayées par la communauté des gamers, tout aurait commencé par un match perdu de «Call of Duty» sur une plate-forme dédiée aux jeux en ligne. Deux membres malheureux d'une même équipe se seraient disputés, allant jusqu'à se menacer mutuellement de se «swatter». L'un se serait adressé à un tiers connu pour être passé à l'acte à plusieurs reprises. Sauf que l'adresse avancée par provocation lors du combat de coqs n'était pas la bonne, et c'est un domicile proche mais pas celui du gamer visé qui a été investi par les forces policières.

Vendredi, la police de Wichita a confirmé que c'était bien un «swatting» qui avait conduit au décès d'Andrew Finch. La police de Los Angeles a, pour sa part, annoncé l'arrestation d'un jeune homme – âgé de 25 ans – soupçonné d'opérer sous le pseudo de SWatuTistic et d'être l'auteur de la fausse alerte. Le policier qui a tiré est suspendu. L'enquête suit son cours.

Votre opinion