Terrible: Un tatouage au henné vire au cauchemar

Publié

TerribleUn tatouage au henné vire au cauchemar

Une fillette de 7 ans souffre de graves brûlures suite à un tatouage éphémère effectué en Égypte. Gare! De telles réactions allergiques sont relativement fréquentes.

par
Pascale Bieri
1 / 3
SWNS.com
Madison et sa mère, fières de leur tatouage au henné noir fraîchement posé.

Madison et sa mère, fières de leur tatouage au henné noir fraîchement posé.

SWNS.com
À l'hôpital, la petite fille souffre le martyre: chaque pustule doit être extraite.

À l'hôpital, la petite fille souffre le martyre: chaque pustule doit être extraite.

SWNS.com

Madison, 7 ans, n'était pas peu fière de rentrer de deux semaines de vacances en Égypte avec un magnifique tatouage au henné noir sur le bras. Un classique des bords de mer, théoriquement inoffensif et éphémère… Sauf que, à peine arrivée chez elle, à Londres, la fillette a commencé à souffrir de démangeaisons. «Nous avons lavé le tatouage et découvert une grosse éruption cutanée», a confié son père au Daily Mail.

S'ensuit un véritable cauchemar. Les crèmes stéroïdes prescrites à l'hôpital ne fonctionnent pas. Au contraire, le mal empire, des cloques se forment sur chaque coin de peau qui avait été recouvert de henné. Après cinq rendez-vous, Madison est envoyée chez un spécialiste des brûlures, qui diagnostique de graves lésions chimiques. Résultat: chaque pustule doit être extraite individuellement pour pouvoir traiter la peau. Et, pour éviter une mauvaise cicatrisation, la fillette devra porter, durant six mois, des bandages de contention.

Sébastien (9 ans) a failli subir le même sort. Frère de la petite Londonienne, il s'était, lui aussi, fait tatouer dans un salon de l'hôtel 4 étoiles de Hurghada où la famille passait ses vacances. Par chance, il s'est plaint instantanément de démangeaisons et, du coup, son motif a été rapidement lavé.

Un problème que regrette la direction de l'hôtel, qui a souhaité un bon rétablissement à Madison, tout en annonçant qu'elle ne proposerait plus de tatouages au henné à l'avenir pour éviter d'autres allergies de ce type.

Mais de telles réactions sont-elles fréquentes? «Il s'agit d'une dermatite de contact. C'est un problème qui touche en moyenne 1 à 3% de la population en Suisse», répond Laure Tercier, experte d'aha! Centre d'allergie suisse. En précisant: «Le produit utilisé pour les tatouages au henné peut contenir certains colorants qui sont connus pour déclencher des réactions: p-phénylènediamine, p-totuylènediamine et résorcine.» Si, en Suisse et dans l'Union européenne, les quantités de ces colorants sont strictement réglementées, c'est plus compliqué dans d'autres pays. «Il convient donc de se renseigner si le produit utilisé répond à ces normes.»

Les allergies à ces colorants peuvent se manifester de différentes manières: «Cela va de simples rougeurs à des vésicules ou même des ampoules à l'endroit où la peau a été en contact avec le déclencheur. Ce qui peut occasionner des douleurs plus ou moins importantes.» En cas de problème, il convient de prendre rendez-vous avec son médecin.

Ton opinion