Lausanne: Un toit pour la nuit à Beaulieu pour les SDF
Publié

LausanneUn toit pour la nuit à Beaulieu pour les SDF

Les halles nord, vouées à la démolition, accueilleront cet hiver des sans-abris. Lausanne a dû dénicher de nouveaux lieux pour renforcer son dispositif d’hébergement hivernal afin de répondre à la crise sanitaire.

1 / 4
La halle de Beaulieu a été subdivisée en chambrées d'une dizaine de lits.

La halle de Beaulieu a été subdivisée en chambrées d'une dizaine de lits.

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Cet hébergement spartiate est avant tout destiné aux adultes, a expliqué Yan Desarzens, directeur de la Fondation Mère Sofia.

Cet hébergement spartiate est avant tout destiné aux adultes, a expliqué Yan Desarzens, directeur de la Fondation Mère Sofia.

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Le lieu a été équipé de sanitaires.

Le lieu a été équipé de sanitaires.

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Depuis mardi, les SDF peuvent trouver un toit pour la nuit dans les halles nord de Beaulieu à Lausanne. Un espace de 3000 m2, géré par la Fondation Mère Sofia, a été sommairement aménagé pour accueillir une population précarisée.

Fini le Comptoir suisse et les paysannes vaudoises: les halles nord, vouées à la démolition, accueillent cet hiver des sans-abris. La ville a dû dénicher de nouveaux lieux pour renforcer son dispositif d’hébergement hivernal afin de répondre à la crise sanitaire.

La Fondation Mère Sofia a investi grosso modo un tiers du rez-de-chaussée de l’immense halle. Une surface inhabituelle: «nous sommes passés des 200 m2 de nos locaux de Saint-Martin à environ 3000 m2. C’est gigantesque. Nous n’avons pas l’habitude de fonctionner avec des surfaces aussi grandes», explique son directeur Yan Desarzens à Keystone-ATS.

Pour une centaine de personnes

Une centaine de SDF peuvent y trouver un abri pour passer la nuit et prendre un repas, dans le respect des règles sanitaires. La capacité maximale peut être portée à 120, au besoin. Mardi, soir d’ouverture, la nouvelle structure a accueilli une vingtaine de personnes.

«C’était très calme, mais c’est toujours comme ça les premiers jours. Il faut quelque temps pour que le bouche-à-oreille fonctionne. Mais cela laisse présager un afflux pour les jours ou semaines à venir», estime M. Desarzens. La structure devrait rester ouverte jusqu’au 30 avril 2021.

Aval du médecin cantonal

L’espace a été équipé de douches et de WC. Il a été subdivisé en trois zones A, B et C séparées par des parois pour éviter des foyers épidémiques en cas de contamination par le coronavirus. Et chaque zone comprend un lieu d’accueil, avec des tables pour boire et manger, ainsi qu’un lieu de repos, avec des chambrées de dix.

«Les lits sont placés à 1,5 mètre les uns des autres, avec les têtes à l’opposé», explique M. Desarzens. Des parois en bois de plus de deux mètres de haut séparent ces chambrées. Dans les zones A et B, les lits seront attribués à la même personne durant plusieurs jours ou semaines. Ce qui lui permettra de laisser ses affaires sur place. Le dispositif a reçu l’aval des services du médecin cantonal.

Spartiate

Cet hébergement spartiate est avant tout destiné aux adultes. «Je l’imagine mal pour des enfants. Je serai très triste de devoir en accueillir», avoue le directeur. D’autres structures sont mieux adaptées, comme les studios d’un immeuble à Isabelle-de-Montolieu, voué à la démolition et également ouvert provisoirement cet hiver.

A Beaulieu, la Protection civile – trois personnes chaque soir – viendra donner un coup de main aux cinq collaborateurs de Mère Sofia qui passent la nuit sur place et tentent de recréer du lien social. Désormais, les sans-abri portent plus volontiers le masque. «Ils sont beaucoup plus attentifs aux règles de sécurité sanitaires», observe Yan Desarzens.

Un infirmier fait partie de l’équipe de nuit. Et il y a une zone prévue pour les personnes symptomatiques. En cas de soupçons de Covid-19, le SDF est emmené à l’Etape où un étage est réservé aux personnes positives. Prochainement, une permanence infirmière devrait passer une à deux fois par semaine dans les structures nocturnes de la ville pour dispenser des soins de premier recours.

(ATS/NXP)

Votre opinion

1 commentaire