Belgique - Un torrent de boue ravage la ville de Dinant
Publié

BelgiqueUn torrent de boue ravage la ville de Dinant

Une rue dévastée, une voie ferrée coupée, des voitures emportées, de la boue partout et quelques larmes: la ville belge de Dinant panse ses plaies dimanche après un épisode orageux très localisé mais exceptionnel.

Les scènes de désolation à Dinant rappellent les inondations dévastatrices d’il y a dix jours dans la province voisine de Liège.

Les scènes de désolation à Dinant rappellent les inondations dévastatrices d’il y a dix jours dans la province voisine de Liège.

AFP

Chaussés de bottes et armés de pelles et de balais, les riverains de la rue de Philippeville nettoyaient la boue qui a envahi les garages, les rez-de-chaussée et les caves à la suite d’un violent orage samedi soir dans cette localité de la province de Namur (sud). Des scènes rappelant les inondations dévastatrices qui ont fait 36 morts il y a dix jours dans la province voisine de Liège et qui avaient aussi touché Dinant en raison d’une crue de la Meuse mais dans une moindre mesure.

Les voitures en stationnement ont dévalé la rue en pente «comme des obus» et se sont encastrées dans un passage à niveau. Les trottoirs ont été défoncés par le torrent de boue, mettant à nu les câblages, le revêtement s’est soulevé et des pavés ont été emportés.

Ce sont les eaux de ruissellement, faute d’avoir été absorbées plus haut par des terres déjà fortement imbibées, qui ont envahi la rue. «J’ai vu arriver une masse d’eau de plus d’un mètre (de haut) qui a tout embarqué. J’ai eu peur pour ma maman de 89 ans qui habite en face. Il n’y avait plus d’électricité. On ne pouvait pas traverser la rue», raconte un riverain, Jacques Hermant, des sanglots dans la voix.

«Jamais vu ça»

Sa voiture, vitres cassées et pneus crevés, a comme les autres été emportée par la boue. «Partir en vacances? J’ai plus envie», ajoute le retraité, toujours privé d’eau courante. «On a l’habitude de voir la Meuse monter mais l’eau dévaler les rues des hauteurs… C’est impensable», témoigne Brigitte Crouquet, native de cette ville touristique connue pour sa citadelle et ses falaises. «Il y a eu un énorme orage avec de la grêle. On était à un match de foot, le terrain synthétique est parti dans tous les sens. À Dinant, la boue dévalait, nous n’avions jamais vu ça», poursuit-elle. «Notre ville est trop belle, elle ne peut pas être abîmée par des incidents climatiques» s’indigne-t-elle, la voix brisée.

Dimanche matin, une grue dégageait les voies ferrées des pierres et des branchages amoncelés pour permettre aux techniciens d’évaluer l’étendue du désastre: un ballast recouvert de boue qui ne permet plus de stabiliser les voies reliant Dinant à Namur. «Je n’avais jamais vu ça en 20 ans. La voie ne tient plus, la boue a un effet de ressort», explique Claudio Gualtieri, un technicien d’Infrabel, le gestionnaire des infrastructures des chemins de fer belges. Il n’imagine pas une reprise du trafic sur ce tronçon avant plusieurs semaines.

Bien que localisés, les dégâts sont considérables. «On va faire des travaux provisoires pour reboucher les voiries. On espère être aidés par le gouvernement wallon. Ça va coûter très, très cher», estime un adjoint au maire en combinaison orange, Robert Closset.

Aucun mort ou blessé n’a été signalé dans cet épisode orageux qui a touché au total une dizaine de communes de la vallée de la Meuse, dont Namur. À Dinant, quelques habitants ont dû quitter leur maison. Une nouvelle fois, la solidarité joue à plein: les riverains sont aidés par des volontaires arrivés de la ville mais aussi de plus loin, comme cette femme venue apporter des croissants et des pains au chocolat.

1 / 14
La Belgique de nouveau frappée par des intempéries. Ici, une route à l'extérieur de Liège où les débris s'amoncellent.

La Belgique de nouveau frappée par des intempéries. Ici, une route à l'extérieur de Liège où les débris s'amoncellent.

AFP
Après avoir découvert l'ampleur des dévastations dans l'ouest de l'Allemagne, Angela Merkel a donné une conférence de presse à Adenau. (18 juillet 2021)

Après avoir découvert l'ampleur des dévastations dans l'ouest de l'Allemagne, Angela Merkel a donné une conférence de presse à Adenau. (18 juillet 2021)

AFP
La chancelière allemande Angela Merkel marche dans le village dévasté de Schuld, près de Bad Neuenahr-Ahrweiler, dans l'ouest de l'Allemagne. (18 juillet 2021)

La chancelière allemande Angela Merkel marche dans le village dévasté de Schuld, près de Bad Neuenahr-Ahrweiler, dans l'ouest de l'Allemagne. (18 juillet 2021)

AFP
(AFP)

Votre opinion

0 commentaires