04.12.2017 à 12:39

PoésieUn très vieux couple expose leur amour en photo

Un couple biennois s’aime d’amour tendre depuis… 1931! Une complicité immortalisée par le photographe Rolf Neeser.

von
Vincent Donzé
1 / 11
Nés tous deux en 1927, mariés à 25 ans, Sylvia et Walter ont 90 ans. Ils sont photographiés ici sur les lieux de l'exposition qui leur est consacrée.

Nés tous deux en 1927, mariés à 25 ans, Sylvia et Walter ont 90 ans. Ils sont photographiés ici sur les lieux de l'exposition qui leur est consacrée.

Rolf Neeser/LMS
Une complicité évidente s'est construite entre le couple et le photographe Rolf Neeser.

Une complicité évidente s'est construite entre le couple et le photographe Rolf Neeser.

Vincent Donzé/LMS
Premiers émois à 4 ans, en 1931, réunis aux Grisons par les parents.

Premiers émois à 4 ans, en 1931, réunis aux Grisons par les parents.

Rolf Neeser/LMS

Ils semblent sortis d’un autre temps… et ils le sont, véritablement! Nés en 1927, Sylvia et Walter Frei ont 90 ans et, vendredi dernier, au Photoforum Pasquart de Bienne, ce couple empli de poésie a visité en avant-première une exposition de photos dont ils sont les stars, par la grâce du photographe Rolf Neeser, lauréat du Swiss Press Photo 2017. La vivacité pour elle, la mémoire pour lui. Ce couple a fêté le 1er novembre ses noces de palissandre, du nom d’un bois exotique dont on fait des instruments de musique. Leur mariage dure depuis 65 ans, mais en réalité, c’est en 1931 qu’ils ont couché ensemble pour la première fois…

Fiancés à 4 ans et mariés à 25… Sylvia et Walter sont nés dans deux familles amies, elle à Soleure, lui à Lucerne. Ils avaient 4 ans quand leurs parents, parrain de l’un, marraine de l’autre, les ont endormis dans un grand lit.

«Nous nous sommes mariés à l’âge de 4 ans, pendant des vacances dans les Grisons. Quand il a été l’heure d’aller se coucher, son père nous a pris dans ses bras et portés dans le grand lit. Il nous a raconté un conte de fées et on s’est endormis. Ça a été le commencement…» racontent Sylvia et Walter. Devant les clichés exposés au Photoforum Pasquart, le couple a gardé sa modestie et sa malice: «Cette exposition, c’est un jour de fête qui montre la vie quotidienne…» rigole Walter.

Sylvia rit à gorge déployée. Un bon mot parmi d’autres? «On n’a plus 70 ans: on va de plus en plus à la pharmacie.» Inspiré par l’art sacré, Walter a étudié la théologie. Catholique-chrétien, il a été ordonné prêtre, est devenu vicaire à Bâle, puis enseignant et professeur d’histoire ecclésiastique et de pastorale à la Faculté de théologie de l’Université de Berne.

Sylvia a étudié le chant pour devenir cantatrice. Elle chantait dans «Orphée et Eurydice» de Christoph Gluck quand Walter l’a remarquée sur scène. Un soir, après un concert à Berne, elle lui a demandé s’ils étaient parents. Il a répondu: «Heureusement que non…»

Passion commune pour la musique

La musique est la première passion qui les unit. La musique à deux voix, la musique ancienne. En duo, le couple a donné 600 concerts. Sylvia sait jouer de l’orgue et du psaltérion, un instrument à cordes moyenâgeux, tandis que Walter joue des quatre flûtes à bec, du buccin, du cromorne et du rebec.

Depuis trois décennies, leurs deux silhouettes sont familières à la vieille ville, autour du café du Vieux Moulin. «Ce qui nous lie, c’est notre passion pour la musique. L’amour est né en partageant des intérêts communs. En parlant, on s’est lentement rapprochés», disent-ils.

La musique, mais aussi la peinture, qu’ils ont pratiquée et exposée ensemble, et un goût prononcé pour les antiquités. L’après-midi, ils sortent pour une petite promenade. Ni Walter ni Sylvia n’ont passé le permis de conduire. Ils vivent sans télévision, sans radio, sans journaux. Comme Walter l’a dit à L’Illustré: «Si j’ai envie d’être au courant, je m’arrête dans un restaurant, j’écoute et je sais tout…»

«J'avais sous mes yeux, dans ma ville, mon plus beau reportage»

Rolf Neeser, photographe

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!