Lausanne - Un vaccin contre la dengue est en test
Publié

LausanneUn vaccin contre la dengue est en test

Une étude va être effectuée dans le canton de Vaud pour tester un vaccin contre une fièvre mortelle. Avec, à terme, une technologie qui pourrait servir pour lutter contre le Covid.

La dengue tue deux personnes par heure.

La dengue tue deux personnes par heure.

Unisanté

Unisanté mène une étude clinique sur un nouveau type de vaccin induisant une immunité cellulaire pour lutter contre la dengue, selon un communiqué. Cette infection virale, potentiellement mortelle, touche 3,9 milliards d’êtres humains par an. Elle est transmise par un moustique et touche principalement les zones tropicales, même si le bassin méditerranéen est désormais touché en raison du réchauffement climatique. Aucun traitement n’existe.

En Suisse, c’est l’une des causes les plus fréquentes de fièvre au retour de voyage. L’incidence de la dengue a été multipliée par huit au cours des vingt dernières années.

Deux décès par heure

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime que le virus de la dengue cause près d’un demi-milliard d’infections par an, conduit à une hospitalisation par minute et deux décès par heure. En raison de la pandémie de coronavirus, on a enregistré une recrudescence des cas.

Conçu en Angleterre par Emergex Vaccines, le vaccin PepGNP-Dengue agit en tuant les cellules infectées plutôt qu’en produisant une réponse à base d’anticorps, comme les vaccins classiques. Dans le cas de la dengue, les anticorps sont en effet parfois protecteurs, mais peuvent se révéler aussi aggravants chez les personnes réexposées au virus, un phénomène connu sous le nom de «renforcement dépendant des anticorps». Cette nouvelle technologie offre un réel espoir, selon Unisanté.

Et bientôt un vaccin contre le Covid?

Afin d’évaluer la sécurité de ce vaccin administré pour la première fois chez l’homme, Unisanté a été mandaté pour réaliser une étude clinique de phase I, pour déterminer si le vaccin n’induit pas d’effets secondaires indésirables sévères chez des volontaires sains.

Approuvée par la Commission d’éthique du canton de Vaud et Swissmedic, l’étude sera réalisée à Lausanne avec la participation du Centre de recherche clinique (CRC) du CHUV-UNIL et du service d’immunologie et allergie du CHUV. D’une durée de 6 mois, elle sera effectuée sur 26 volontaires. Un vaccin contre le COVID-19 utilisant la même technologie sera testé à Unisanté suite à cette étude. Tout comme le vaccin contre la dengue, il pourrait se révéler plus efficace contre les variants de SARS-CoV-2.

(comm/cbx)

Votre opinion

18 commentaires