05.05.2013 à 14:09

MédecineUn vaccin contre le cancer ovarien redonne espoir

Le CHUV et l’UNIL mettent au point le nouveau traitement.

par
Pascaline Minet. En collaboration avec www.planetesante.ch

Le cancer de l’ovaire, qui touche chaque année environ 600 femmes en Suisse, peut souvent être traité avec efficacité lors de sa première apparition. Malheureusement, la grande majorité des patientes fait une rechute et décède quelques années plus tard. Un des objectifs de la recherche est par conséquent d’allonger l’intervalle entre le traitement initial et la récidive de la maladie. C’est justement ce que permet de faire une thérapie personnalisée, récemment mise au point par une équipe du CHUV et de l’Université de Lausanne (UNIL): dans des essais, elle a ralenti la progression du cancer chez près de trois quarts des patientes. «L’une des principales difficultés liées au traitement du cancer ovarien est qu’il est difficile à diagnostiquer», explique le docteur Patrick Petignat, chef du service de gynécologie aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Ce cancer, qui touche surtout des femmes âgées d’une cinquantaine d’années, se développe à partir de la surface de l’un des ovaires ou de la «trompe de Fallope», conduit qui relie l’ovaire à l’utérus. Les premiers symptômes – douleurs au dos ou au ventre, sensation de ballonnement – sont peu spécifiques. L’échographie ne permet pas non plus de repérer le cancer débutant, car il ne forme que des petits nodules (renflement) de quelques millimètres. C’est pourquoi la maladie est souvent repérée à un stade avancé, alors que la tumeur a gagné la cavité abdominale.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!