Football - Un Vaudois en pole position pour entraîner Young Boys
Publié

FootballUn Vaudois en pole position pour entraîner Young Boys

Fabio Celestini est donné favori pour assumer la succession de Gerardo Seoane sur le banc du champion. Les dirigeants du FC Lucerne ont déjà fixé le prix de son départ…

par
Nicolas Jacquier
Arrivé au début janvier 2020 à Lucerne, Fabio Celestini y a obtenu d’excellents résultats, avec une moyenne de 1,48 point par match. De quoi faire exploser sa cote…

Arrivé au début janvier 2020 à Lucerne, Fabio Celestini y a obtenu d’excellents résultats, avec une moyenne de 1,48 point par match. De quoi faire exploser sa cote…

freshfocus

Alors que le mercato helvétique, au calme plat depuis la fin du championnat, n’a pas encore vraiment commencé pour les joueurs, celui des coaches est sur le point de s’emballer. Pas moins de quatre clubs de Super League n’ont pas encore désigné leur entraîneur pour la saison prochaine.

Une course au banc qui concerne notamment les deux clubs zurichois, de même que Lugano où la place laissée vacante par Jacobacci n’est pas encore occupée. Alors que le FCZ cherche le successeur de Massimo Rizzo (qui n’a pas été prolongé), Grasshopper n’a pas confirmé l’intérimaire Zoltan Kadar dans ses fonctions. On parle ici de l’arrivée d’un prestigieux technicien portugais qui pourrait épouser les traits de Bruno Lage, couronné champion avec Benfica en 2019.

A Berne aussi, Young Boys n’a pas encore annoncé le successeur de Gerardo Seoane, qui s’est engagé avec Bayer Leverkusen après avoir offert trois titres consécutifs de champion au club de la capitale à la suite de celui obtenu par Adi Hütter en 2018. Comme on l’imagine, sa place est fort convoitée.

Un axe privilégié entre Lucerne et Berne

Afin de trouver l’entraîneur idéal qui collerait à leur philosophie et minimiser les risques de se tromper, les responsables d’YB ont établi un cahier des charges très précis et dressé une première liste comprenant une petite dizaine de noms.

Après avoir auditionné chacun des candidats, la liste ne comprendrait aujourd’hui plus que deux noms. Selon plusieurs sources concordantes, celui de Fabio Celestini y figure toujours au sommet. A croire qu’il existe un axe privilégié entre Lucerne et Berne! Voici trois ans, YB avait déjà été cherché son bonheur à la Swissporarena en y débauchant à l’époque Seoane...

Au tour de Fabio Celestini de prendre le relais? Pressenti il y 12 mois pour reprendre le FC Bâle, le voici sur le point de s’asseoir sur le banc du champion sortant. Avec Celestini, c’est un caractère fort – quand bien même l’homme dit s’être assagiqui débarquerait à Berne. Mais c’est aussi en même temps la promesse d’un jeu spectaculaire de nature à séduire le public.

A 45 ans, le Vaudois, qui a brillamment assuré le maintien du FC Lucerne et offert au club de Suisse centrale son premier titre depuis 1992 (victoire en Coupe), n’a jamais fait mystère qu’un tel projet l’attirait. Problème: en février dernier, il avait prolongé le contrat le liant à son actuel employeur jusqu’en 2023.

Le 24 mai, après la victoire de son équipe en finale de la Coupe de Suisse 3-1 contre Saint-Gall,  Fabio Celestini n’avait pas hésité à embrasser la pelouse artificielle du Wankdorf. Un signe prémonitoire?

Le 24 mai, après la victoire de son équipe en finale de la Coupe de Suisse 3-1 contre Saint-Gall, Fabio Celestini n’avait pas hésité à embrasser la pelouse artificielle du Wankdorf. Un signe prémonitoire?

freshfocus

Conscients qu’ils n’allaient probablement pas pouvoir retenir leur entraîneur, les dirigeants de la Swissporarena ont déjà fixé le prix de son départ. Ils ne «lâcheront» pas le très demandé Celestini à moins d’un million de francs, une somme conséquente qui pourrait freiner l’empressement de Christoph Spycher.

Le jeu des bancs musicaux

Si aucun terrain d’entente financier n’était trouvé dans les jours à venir, le directeur sportif d’YB conserverait un autre atout dans sa manche avec Raphaël Wicky, présenté comme le deuxième finaliste par plusieurs quotidiens alémaniques ce samedi. L’ancien coach du FC Bâle entraîne depuis deux ans Chicago Fire, en Major League Soccer.

L’arrivée programmée de Celestini au Wankdorf pourrait même donner le coup d’envoi du jeu des bancs musicaux. Sur le marché, Giorgio Contini (ex-Lausanne), Maurizio Jacobacci (ex-Lugano), Bruno Berner (ex-Kriens) et d’autres frappent tous aux mêmes portes. Laquelle s’ouvrira en premier et pour qui?

Votre opinion