Ski alpin - Un veau français et une sonnette valaisanne pour Sofia Goggia
Publié

Ski alpinUn veau français et une sonnette valaisanne pour Sofia Goggia

Gagnante de la descente de Val-d’Isère, l’Italienne a reçu son veau. Lors de sa présentation, elle avait également amené une sonnette, un cadeau des épreuves de Crans-Montana.

par
Claude-Alain Zufferey
Sofia Goggia avec son nouvel ami «Ambrosi» et sa sonnette made in Switzerland.

Sofia Goggia avec son nouvel ami «Ambrosi» et sa sonnette made in Switzerland.

Il y a des traditions qui prennent naissance en hiver et qui peuvent se réaliser en été. En Coupe du monde de ski alpin, les organisateurs des courses de Coupe du monde de Crans-Montana et de Val-d’Isère ont comme habitude d’offrir des prix en nature en plus du prize money imposé par la Fédération internationale de ski (FIS).

En décembre 2020, Sofia Goggia a remporté la descente du Critérium de la première neige. Elle était donc devenue l’heureuse propriétaire d’un veau de Haute-Tarentaise. Une délégation de Val-d’Isère vient d’escorter la bête dans la région de Bergame, où elle sera en pension dans une ferme agrotouristique du Val Brembana.

La grande dominatrice de la saison de descente 2020-2021 a accueilli «Ambrosi» avec son globe de cristal de la discipline et une cloche. Normal pour souhaiter la bienvenue à un veau.

Mais l’objet était estampillé Crans-Montana. Pourquoi donc? «Pour commencer, ce n’est pas une cloche, mais une sonnette», tient à préciser Marius Robyr, président du comité d’organisation des épreuves de Coupe du monde de Crans-Montana et grand spécialiste de la race d’Hérens. Et de poursuivre: «Les gagnantes, sur la piste du Mont-Lachaux, reçoivent une sonnette. Sofia en a donc deux de plus dans sa collection depuis janvier dernier, car chez nous, elle a remporté les deux descentes.»

Alors pourquoi le Valais ne lui a-t-il pas offert une de ses fières lutteuses? «Ce n’est pas vraiment pratique. Les skieuses sont loin de Crans-Montana et ne pourraient de toute manière pas s’en occuper. Et ça n’a pas beaucoup de sens d’élever une vache de la race d’Hérens à Bergame, par exemple», poursuit le brigadier Robyr.

Luca Aerni avait reçu une génisse

En 2017, suite à son titre mondial du combiné, Luca Aerni avait reçu une génisse de la race d’Hérens de la part de l’Association des communes de Crans-Montana. Pour des raisons pratiques, «Corviglia» était restée dans les écuries Robyr aux Briesses. «Luca vient souvent à l’écurie et à l’Alpage. Il aime bien cette ambiance», conclut Marius Robyr.

Votre opinion