Aviation: Un vol pour la Californie à 220 francs, est-ce bien raisonnable?

Publié

AviationUn vol pour la Californie à 220 francs, est-ce bien raisonnable?

Une compagnie lance des vols de l'Europe vers Los Angeles ou San Francisco à prix canon. Trop beau pour être honnête?

par
Renaud Michiels
La compagnie Wow Air se profile comme la championne des vols transatlantiques à bas prix.

La compagnie Wow Air se profile comme la championne des vols transatlantiques à bas prix.

Skúli Mogensen/Wow Air

Sur le coup, on peut réellement parler de prix défiant toute concurrence. La compagnie islandaise Wow Air a annoncé cette semaine qu'elle proposera dès juin des vols du Vieux-Continent vers la Californie à 199 euros! Soit 220 francs pour un départ de Paris, Berlin, Londres, Francfort, Amsterdam ou encore Madrid vers Los Angeles ou San Francisco. «Nous appliquons le modèle économique low-cost qui a été couronné de succès au niveau domestique aux long-courriers», a expliqué le millionnaire islandais Skúli Mogensen, patron de Wow.

Alors, fantastique? «Les compagnies low-cost sont coutumières des effets d'annonce. Mieux vaut bien se renseigner», tempère le spécialiste genevois de l'aviation Ronan Hubert. Effectivement: hier on ne trouvait par exemple plus qu'une date en juin avec un vol (aller simple) Paris-San Francisco au prix affiché de 199 euros, 211 avec les taxes. Et, si on veut revenir après une semaine, la facture dépasse les 500 euros. Ce qui reste attractif.

Ça se gâte pour juillet-août. Là, un aller-retour pour la Californie reviendra plutôt généralement à 1000 euros. Pas beaucoup moins que des offres de compagnies traditionnelles. D'autant que rien n'est compris. Pour le prix indiqué, le passager n'a ni à boire ni à manger. Pas de divertissements (films, musique). Et uniquement un petit bagage à main de moins de 5 kg: ajoutez 62 euros pour une valise de moins de 20 kg en soute. Enfin, oubliez le vol direct: avec Wow il y a toujours une escale à Reykjavik.

La compagnie ne cache d'ailleurs pas que les prix canon mis en avant ne seront pas disponibles pour tous. Skúli Mogensen a admis dans le San Francisco Chronicle qu'ils ne concernent que 10% de la capacité.

Notons que la filiale de Lufthansa Eurowings lance aussi des vols à bas prix de Cologne vers Punta Cana (République dominicaine) ou Bangkok. Norwegian en propose de la Scandinavie vers les Etats-Unis. Et XL Airways embarque des Français vers Los Angeles, le Mexique ou les Caraïbes. Plusieurs compagnies tentent en fait d'appliquer le modèle low-cost aux long-courriers. Mais des spécialistes doutent de la viabilité de l'entreprise. Car le low-cost repose sur une forte rotation du personnel: impossible avec un long trajet. Ou parce que le manque de services serait difficilement acceptable durant des heures.

D'autres estiment que c'est possible, mais que les baisses de prix seront bien moindres que pour les court et moyen-courriers. Ronan Hubert, lui, trouve avant tout que les consommateurs devraient bien se renseigner sur les offres. Puis en profiter si elles leur conviennent. «Le low-cost a une connotation péjorative, or il permet à plus de gens de voyager. Quant à Wow, actuellement en pleine expansion, elle a des atouts. Le premier est d'être basée en Islande: depuis l'Europe on a déjà fait une bonne partie du trajet en atterrissant à Reykjavik, ce qui permet à la compagnie de rayonner facilement vers toute l'Amérique du Nord. Et elle dépend de la législation européenne: un gage de sécurité.»

Ton opinion