28.10.2020 à 22:28

Nagorny KarabakhUn volontaire du Croissant-Rouge d’Azerbaïdjan tué

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a condamné «fermement» la dernière flambée de violence dans le conflit du Nagorny Karabakh. Trois volontaires ont été touchés.

Les derniers bombardements en zone urbaine ont touché trois volontaires du Croissant-Rouge. (image d’illustration)

Les derniers bombardements en zone urbaine ont touché trois volontaires du Croissant-Rouge. (image d’illustration)

AFP

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a condamné «fermement» la dernière flambée de violence dans le conflit du Nagorny Karabakh, les bombardements tuant un volontaire du Croissant-Rouge d’Azerbaïdjan et en blessant deux autres.

«Aux côtés de milliers de civils, le CICR a assisté aujourd’hui à des bombardements intenses dans les zones urbaines des deux côtés de la ligne de front, qui ont fait des morts, des destructions, des blessés et de la désolation», a déclaré le directeur du CICR pour l’Eurasie, Martin Schüepp, depuis Genève. «C’est inacceptable», a-t-il indiqué dans un communiqué.

Le haut responsable a ajouté qu’un volontaire du Croissant-Rouge d’Azerbaïdjan, père de deux enfants, a été tué dans les bombardements, tandis que deux autres volontaires ont été blessés.

«Ces derniers échanges montrent que le conflit du Haut-Karabakh risque de dégénérer en une spirale incontrôlable», a averti Martin Schüepp, en soulignant que les civils décèdent à «un rythme alarmant».

30’000 morts en 1990

Depuis la reprise des combats le 27 septembre au Nagorny Karabakh, les forces azerbaïdjanaises ont reconquis des territoires qui échappaient à leur contrôle depuis les années 1990 et une guerre ayant fait 30’000 morts, aboutissant alors à la sécession de cette région aujourd’hui peuplée quasi-exclusivement d’Arméniens.

Le Nagorny Karabakh, soutenu par Erevan, a déclaré son indépendance à l’issue de la guerre en 1994 mais celle-ci n’a pas été reconnue par la communauté internationale, ni même par l’Arménie.

La communauté internationale s’est jusqu’à présent révélée incapable de négocier une trêve durable et plus encore une issue pacifique au conflit, l’Azerbaïdjan comme l’Arménie se montrant en grande partie inflexibles.

Sur le terrain, les bombardements se poursuivent alors que plusieurs tentatives de cessez-le-feu ont volé en éclats après leur entrée en vigueur, les deux camps se rejetant la responsabilité de ces échecs.

Martin Schüepp a indiqué que le CICR est en contact avec les parties dans le cadre d’un dialogue bilatéral et confidentiel pour leur rappeler leurs obligations en vertu du droit international humanitaire.

«Les scènes effroyables que nous observons ne peuvent pas continuer», a-t-il prévenu.

(AFP/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!