Publié

CinémaUn Yves Saint Laurent profond et ambivalent

Pierre Niney incarne Yves Saint Laurent dans le biopic éponyme consacré au créateur. Il revient sur son approche du personnage et son expérience du tournage.

par
LeMatin.ch / Cover Media
DR

Pierre Niney, 24 ans, incarne le styliste fétiche des Français «Yves Saint Laurent» éponyme réalisé par Jalil Lespert. Pourtant, celui qui est aussi le plus jeune sociétaire de la comédie française partait de loin, et ses connaissances en matière de mode laissaient à désirer!

C'est quand il a dû se rendre à un mariage qu'il a entendu pour la première fois parler d'Yves Saint Laurent. «Tout le monde me disait: « Prends du YSL. C'est ce qu'il y a de plus classe », je croyais qu'YSL était une taille», raconte le jeune acteur en riant à « Metronews». « Par la suite, j'ai compris que les gens associaient ce nom au comble de l'élégance.»

Pour les besoins du film, l'acteur a donc dû se renseigner sur le styliste mais également sur les us et coutumes du monde de la mode. «Un coach de stylisme m'a appris à faire un drapé, à tenir le tissu, à piquer des épingles… Tous ces petits gestes de la mode. J'avais besoin de ça pour improviser en toute crédibilité. J'ai aussi beaucoup travaillé sur sa voix, qui traduit sa fragilité et sa timidité. Je ne voulais pas passer à côté», détaille Pierre Niney.

Le réalisateur Jalil Lespert a choisi de faire la part-belle à la relation qu'entretenaient le styliste et Pierre Bergé, incarné par Guillaume Gallienne. C'est donc vers le compagnon de l'homme de mode que Pierre Niney est allé glaner des informations. «Il m'a parlé de l'humour peu connu de Saint Laurent. Il était introverti en public et superextraverti devant ses amis. Il m'a également parlé de sa part d'ombre, de son égoïsme. Saint Laurent était à la fois génial et maniaco-dépressif. Bergé a abordé tous ces sujets avec élégance», précise Pierre Niney.

Quant à sa collaboration avec Guillaume Gallienne, leur amitié leur a permis de jouer un couple plus vrai que nature dans ses bonheurs comme ses contradictions. «On a beaucoup travaillé sur les personnages afin de ne penser qu'à l'histoire au moment de tourner. On voulait faire croire aux baisers fougueux».

Ton opinion