Canton de Vaud: Une antenne régionale pour l’intégration des réfugiés
Publié

Canton de VaudUne antenne régionale pour l’intégration des réfugiés

Le gouvernement vaudois annonce l’ouverture d’une antenne à Montreux qui, avec ses 21 collaborateurs, pourra traiter plus de 300 dossiers sur la Riviera.

La ministre vaudoise Rebecca Ruiz a présenté jeudi l'antenne régionale de Montreux du Centre social d’intégration des réfugiés.

La ministre vaudoise Rebecca Ruiz a présenté jeudi l'antenne régionale de Montreux du Centre social d’intégration des réfugiés.

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Le Centre social d’intégration des réfugiés (CSIR) du canton de Vaud a ouvert cet automne une antenne régionale à Montreux. Elle emploie 21 collaborateurs – contre 65 au siège à Lausanne – qui traitent 309 dossiers, soit l’équivalent de 813 réfugiés.

Ceux-ci bénéficient d’un service plus proche de leur lieu de vie, explique jeudi le Département de la santé et de l’action sociale (DSAS) dans un communiqué. Il précise que le CSIR s’occupe notamment de l’intégration socioprofessionnelle, du soutien social et de l’octroi du revenu d’insertion pour les personnes reconnues comme réfugiés (permis B et F).

L’ouverture d’une antenne locale permet aussi de rapprocher les bénéficiaires des acteurs locaux pour assurer une meilleure intégration. «La proximité est un atout important pour améliorer l’intégration des réfugiés, notamment lorsqu’il s’agit de leur formation et de tout ce qui touche à l’emploi», affirme Rebecca Ruiz, la cheffe du DSAS, citée dans le communiqué.

Le bureau de Montreux couvre les districts de la Riviera, du Pays-d’Enhaut et d’Aigle ainsi que les communes de Chexbres, Puidoux, Rivaz et Saint-Saphorin.

Mesures d’insertion

Le CSIR propose plusieurs programmes pour assurer une intégration socioprofessionnelle des réfugiés. «Ils sont de plus en plus nombreux à toucher une bourse d’études plutôt qu’un revenu d’insertion, en participant aux programmes de formation professionnelle qui leur sont proposés», relève le DSAS. Ces programmes sont destinés aux jeunes (18 à 25 ans) et aux adultes sans formation professionnelle initiale achevée.

Le CSIR propose aussi des mesures d’insertion sur le marché de travail. Cela se concrétise sous forme de stage, de formations courtes, de cours de formation (français, mathématiques, informatique), d’ateliers sur la vie quotidienne en Suisse ou encore des activités pour reprendre confiance en soi.

L’antenne de Montreux traite 309 dossiers qui correspondent à 813 réfugiés. Le CSIR à Lausanne continue lui de s’occuper des autres réfugiés du canton, soit de 600 dossiers, représentant 1331 réfugiés.

(ATS/NXP)

Votre opinion