Publié

ItalieUne bactérie pourrait priver Pâques de ses rameaux

Un syndicat d'agriculteurs a demandé de ne pas distribuer les traditionnels rameaux d'oliviers dimanche afin d'empêcher la propagation d'une bactérie qui a déjà touché des centaines de milliers d'oliviers dans le sud de l'Italie.

ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION, AFP

Lors de la fête des Rameaux, le dimanche précédant Pâques, les catholiques reçoivent des rameaux bénis. Au Proche-Orient, il s'agit souvent de palmes, en France du buis, mais en Italie ce sont surtout des branches d'olivier.

«Ce serait la première fois que les branches d'olivier ne sont pas distribuées durant la Semaine Sainte mais il faut prendre cette décision pour limiter les risques de propagation à des millions de plantes», estime Roberto Moncalvo, président de la Coldiretti, une des principales confédérations syndicales d'agriculteurs de la péninsule.

Depuis plusieurs mois, la région des Pouilles, dans le sud du pays, tente de stopper la propagation de la «xylella fastidiosa», une bactérie qui fait dépérir les végétaux auxquels elle s'attaque et contre laquelle aucun remède n'a encore été trouvé.

Si la bactérie ne présente a priori aucun risque pour les êtres humains, elle constitue cependant une menace pour les vignes et agrumes européens.

Depuis plusieurs semaines, l'Union européenne préconise l'abattage des arbres touchés, soit au moins 10% des quelque 11 millions d'oliviers parfois plus que centenaires de la région de Lecce, dans les Pouilles (sud), où la bactérie représente une catastrophe environnementale et économique.

L'éclosion des œufs de l'Aphrophoridae, insecte vecteur de la maladie, doit débuter dans les prochains jours, et l'échange des traditionnels rameaux deviendra «très dangereux» pour les plantes alentours, selon la Coldiretti.

Les autorités ecclésiales italiennes n'ont donné aucune directive. Mais selon la presse italienne, plusieurs diocèses ont pris l'initiative de vérifier que les rameaux utilisés ne provenaient pas de la région de Lecce.

(AFP)

Votre opinion