Actualisé

Yverdon-les-BainsUne bande de 18 mineurs arrêtés suite à la mort d'un ado

Les investigations menées suite au décès d'un jeune de 17 ans, en janvier, ont révélé l'existence d'une bande qui agressait gratuitement dans la rue de jeunes inconnus. Les 18 ados interpellés préparaient leurs méfaits via des réseaux sociaux. .

Le 16 janvier 2014, vers 17h25, un mineur avait été agressé à la place Bel-Air à Yverdon-les-Bains, recevant un coup de poing au visage. Il est décédé le lendemain. Son agresseur et un autre jeune, mineurs, ont été interpellés et placés en détention.

Mais l'enquête sur cette baston ne s'est pas arrêtée là. «D'importantes investigations ont révélé que les cinq jeunes entendus avaient échangé des messages électroniques, laissant entendre qu'ils avaient commis d'autres agressions», précise vendredi 14 mars la police cantonale vaudoise dans un communiqué. «Des milliers de messages ont été décortiqués», a précisé à l'ATS Philippe Jaton, officier de presse de la police vaudoise.

Menacées ou frappées

Résultat: «entre les 11 et 13 mars 2014, dix-huit auteurs présumés d'agressions, âgés de 15 à 17 ans, ont été appréhendés sur leur lieu de formation ou à leur domicile. Ils ont été interrogés et des perquisitions ont été effectuées», souligne encore la police vaudoise.

Simultanément, seize victimes, âgées de 14 à 18 ans et domiciliées dans le Nord vaudois, ont été entendues par les enquêteurs de la brigade des mineurs de la Police de sûreté. Et la police cantonale de préciser que «ces personnes avaient été menacées ou frappées. Deux d'entre elles avaient été hospitalisées au mois de janvier. Neuf plaintes ont été enregistrées pour menaces et agressions. »

Comme lors de la baston de Pully

Des perquisitions ont été effectuées. Les enquêteurs ont découvert deux armes factices, trois couteaux, deux sprays au poivre et deux pistolets soft air. Ils ont également saisi une dizaine de grammes de marijuana et du matériel de conditionnement.

A l'image de la rixe qui a opposé des élèves de Lausanne et Pully en janvier dernier, c'est donc via les réseaux sociaux que les agresseurs présumés s'organisaient.

Les jeunes ont avoué à la police «qu'ils préparaient les agressions via des messageries, fixant des rendez-vous pour aller agresser gratuitement des jeunes en rue.» Les réseaux sociaux ont donc servi dans cette affaire comme lors de la baston avait opposé des élèves de Lausanne et Pully en janvier dernier. La cible des ados d'Yverdon? «Des personnes qu'ils ne connaissaient pas et agissaient par surprise, en surnombre, donnant des coups de poing et des coups de pied à la tête. Ils utilisaient parfois un spray au poivre. »

Appel à témoignage

Dans plus de dix cas, ils ont commis leurs forfaits au centre ville d'Yverdon-les-Bains et également agi dans des manifestations populaires de la région. L'un des mineurs, âgé de 16 ans, a été placé au Centre pour adolescents de Valmont (CAV), à Lausanne. Les deux autres mineurs arrêtés dans le cadre de cette affaire y sont toujours détenus provisoirement.

Par peur de représailles, la majorité des victimes avaient renoncé à porter plainte, apprend-on dans le communiqué. Raison pour laquelle la police cantonale prie les victimes potentielles de ces agressions de prendre contact au 021 644 44 44 ou avec le poste de police le plus proche.

Ton opinion