Afrique: Une base de l’ONU attaquée par des djihadistes au Nigeria
Publié

AfriqueUne base de l’ONU attaquée par des djihadistes au Nigeria

Des combattants du groupe État islamique en Afrique de l’Ouest ont envahi lundi la ville de Dikwa, attaquant un camp militaire et une base de l’ONU.

Il y a trois ans, le 1er mars 2018, des combattants de Iswap avaient attaqué une base de l’ONU dans la ville de Rann, dans le nord-est du Nigeria. (Image d’illustration)

Il y a trois ans, le 1er mars 2018, des combattants de Iswap avaient attaqué une base de l’ONU dans la ville de Rann, dans le nord-est du Nigeria. (Image d’illustration)

AFP

Des djihadistes liés au groupe État islamique (EI) dans le nord-est du Nigeria ont attaqué lundi une base de l’ONU dans la ville de Dikwa et tentaient dans la soirée de pénétrer dans un espace sécurisé où se sont réfugiés 25 travailleurs humanitaires, selon des sources sécuritaire et humanitaire.

Des combattants du groupe État islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap) ont envahi lundi soir la ville de Dikwa attaquant un camp militaire et une base de l’ONU, ont affirmé à l’AFP un responsable de l’armée et une source humanitaire sous couvert de l’anonymat.

«Les terroristes de Iswap ont lancé une attaque simultanée sur un super camp (base militaire) et sur une base humanitaire de l’ONU», selon la source militaire. «La base des humanitaires a été incendiée par les combattants mais jusqu’ici aucun employé n’a été touché», a déclaré à l’AFP la source humanitaire. «Nous avons 25 employés qui ont trouvé refuge dans un bunker, que les insurgés tentent actuellement d’envahir», a-t-elle précisé, confirmant des informations du responsable de l’armée.

Renforts militaires

Des renforts militaires basés dans la ville de Marte, à 40 kilomètres, ont été dépêchés sur place pour aider à repousser les djihadistes, précise la source humanitaire. «Deux avions et un hélicoptère apportent un soutien aérien, afin de faire fuir les djihadistes de la base humanitaire», précise-t-il.

Il y a trois ans, le 1er mars 2018, des combattants de Iswap avaient attaqué une base de l’ONU dans la ville de Rann, dans le nord-est du Nigeria, tuant trois travailleurs humanitaires et kidnappant un autre. Le nord-est du Nigeria est en proie à un conflit meurtrier depuis 2009 et le lancement d’attaques par les islamistes de Boko Haram.

En 2016, le groupe s’est scindé, avec d’un côté la faction historique et de l’autre, l’État islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap), reconnu par l’État islamique. Depuis le début du conflit, plus de 36’000 personnes ont été tuées, et plus de deux millions de personnes ne peuvent toujours pas regagner leur foyer.

Attaques meurtrières se multiplient

Le 15 février dernier, des combattants de Iswap avaient pris le contrôle de la ville stratégique de Marte, d’où sont partis les renforts lundi soir, après avoir submergé des soldats en garnison. Les militaires avaient repris le contrôle de la ville une semaine plus tard.

Cette même semaine, l’autre groupe djihadiste, Boko Haram, avait également attaqué au mortier Maiduguri, la capitale régionale de l’État du Borno, épicentre de la révolte. Cette attaque avait fait au moins 16 morts et des dizaines de blessés. Depuis la fin de l’année 2020, les attaques meurtrières se sont intensifiées dans la région, poussant le président Muhammadu Buhari, sous le feu des critiques, à remplacer fin janvier les quatre principaux chefs de l’armée.

Le président, ancien général putschiste dans les années 1980, avait été élu en 2015 sur la promesse d’écraser cette rébellion djihadiste. Mais six ans plus tard, les groupes Boko Haram et Iswap contrôlent toujours de vastes zones rurales ainsi que des routes stratégiques, où ils multiplient attaques et enlèvements de soldats, de civils et de membres d’ONG.

(AFP)

Votre opinion