Publié

SociétéUne boîte à bébé en Suisse romande

Une boîte à bébé devrait voir le jour prochainement en Suisse romande. L'Aide suisse pour la mère et l'enfant négocie.

par
Lise Bailat
Il existe aujourd'hui une seule fenêtre à bébé en Suisse, à Einsiedeln (SZ).

Il existe aujourd'hui une seule fenêtre à bébé en Suisse, à Einsiedeln (SZ).

Keystone

La fenêtre à bébé a sa place de ce côté-ci de la Sarine. Le président de la fondation Aide suisse pour la mère et l'enfant (ASME), Dominik Müggler, en est persuadé. Il l'a indiqué au «Matin»: des discussions sont en cours pour implanter en Suisse romande un tel système, une sorte de boîte, attenante à un établissement de soins et reliée à une alarme, dans laquelle des mères désespérées peuvent abandonner leur enfant. «La Romandie est une région qui mérite au moins une fenêtre à bébé, mais nous ne savons pas encore où. Nous sommes en train de discuter avec des responsables d'hôpitaux romands», indique Dominik Müggler. Qui ne veut pas en dire plus sur les établissements contactés. Ni le CHUV, ni les HUG, ni l'hôpital fribourgeois, ni l'Hôpital du Valais, ni celui du Jura, ni l'Hôpital intercantonal de la Broye, n'ont eu langue avec l'ASME. Encore moins le Département vaudois de la santé. Des cliniques privées alors? Dominik Müggler se refuse à en dire plus. «Ce n'est pas le moment.» Mais sa stratégie, dévoilée dans la NZZ am Sonntag, est claire: «Nous savons qu'une fenêtre à bébé couvre un certain rayon d'activités, de 50 à 100?kilomètres. Si on prend une carte géographique, on voit tout de suite que la Suisse a sept ou huit régions qui devraient être dotées de fenêtres à bébé.»

«Pas une solution»

La couverture nationale projetée par la fondation n'enchante pas du tout la sénatrice et sage-femme Liliane Maury Pasquier (PS/GE). «Je ne vois pas très bien en quoi cette fondation aide mère et enfant! Elle fait référence à une solution, la boîte à bébé, qui n'est pas la bonne. Le sujet me touche parce que j'ai aussi accompagné des femmes qui ont accouché à l'hôpital et qui ont laissé leur enfant pour adoption. Mais au moins, elles n'étaient pas seules face à cela.» L'ASME présente, elle, la boîte à bébé comme une «main tendue dans des situations extrêmes». Son président, Dominik Müggler, développe aussi un argument financier: «Sur une période de dix ans, par exemple, si on imagine que 7 à 8 bébés sont déposés en Suisse romande, ça peut vite aller jusqu'à 150?000?francs que l'on prend en charge. Les hôpitaux qui ont des soucis de financement ont tout à y gagner.» Argument qui agace Liliane Maury Pasquier «L'argent qu'ils ont, qu'ils le mettent réellement à disposition des femmes!»

Ton opinion