Publié

Haut-ValaisUne caisse maladie offre des bons pour un fast-food

Un assureur maladie a décidé de faire bénéficier certains de ses assurés d'un bon de 10 francs pour une chaîne de restauration rapide.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

AFP

Une caisse maladie qui offre à ses près de 1000 jeunes adultes assurés un bon de 10 francs pour une chaîne de restauration rapide peut surprendre. L'opération est certes osée, admet la porte-parole de Sodalis. Mais l'assureur se défend de toute incitation à se nourrir de façon malsaine.

C'est ridicule de penser cela, déclare la porte-parole Cornelia Heynen confirmant mardi une information du Blick am Abend. «Nous n'offrons pas un abonnement à l'année», ajoute-t-elle. Selon la porte-parole, ce n'est pas parce qu'on offre une boîte de pralinés qu'on encourage le diabète, ni parce que l'on donne une bouteille de vin qu'on favorise l'alcoolisme.

De plus, les assurés de 19 à 26 ans qui ont bénéficié de ce cadeau la semaine dernière parce qu'ils sont particulièrement touchés par la hausse des primes en 2014, ne sont plus des enfants. Ils sont tout à fait conscients des conséquences sur la santé de la nourriture dite fast-food, déclare encore Cornelia Heynen. Il faut au contraire encourager leur sens des responsabilités, ne pas les mettre sous tutelle, d'après elle.

Le poids du symbole

Cette dernière se dit convaincue que la grande majorité des bénéficiaires ne vont pas considérer ce bon comme un encouragement à prendre du poids, mais simplement comme un petit geste à leur intention. Un geste apparemment très apprécié, selon les retours observés par l'assureur.

Le but était de faire plaisir tout en réalisant un coup de marketing avec un cadeau utile et apprécié par cette génération. Et l'exercice est réussi, de l'avis de l'assureur haut-valaisan. «Nous n'avons reçu que deux reproches, de la part de parents qui ont estimé qu'une telle action ne correspondait pas à l'image d'une caisse maladie», précise Cornelia Heynen.

L'OFSP n'y trouve rien à redire

Autorité de surveillance de l'assurance maladie obligatoire, l'Office fédéral de la santé publique ne trouve rien à redire à l'opération de Sodalis, une caisse régionale auprès de laquelle près de 60% de la population haut-valaisanne est assurée, selon ses propres chiffres.

Pour l'OFSP, un assureur «peut faire de tels cadeaux dans le cadre de son budget administratif (marketing), pour autant que leurs montants demeurent dans des proportions raisonnables, ce qui est le cas avec les 10 francs».

Il n'existe en outre aucune restriction légale quant au genre ou à la forme de tels cadeaux, a précisé Michaela Kozelka, porte-parole de l'OFSP.

(ats)

Votre opinion