09.12.2016 à 14:11

Football suisseUne campagne européenne ratée qui va coûter cher

L'élimination des clubs en Ligue des Champions et en Ligue Europa aura des conséquences sur le classement de l'UEFA.

Mardi, les Bâlois sont sortis du terrain en faisant la grimace, après avoir été sèchement éjectés de la Ligue des Champions et n'avoir pas été reclassée en Ligue Europa.

Mardi, les Bâlois sont sortis du terrain en faisant la grimace, après avoir été sèchement éjectés de la Ligue des Champions et n'avoir pas été reclassée en Ligue Europa.

Keystone

Le bilan des clubs suisses en Coupe d'Europe cette saison est le plus médiocre depuis huit ans. Du coup, le pays va perdre des plumes au prochain classement UEFA, établi sur cinq ans, qui sert de base pour l'attribution des places en Coupes d'Europe. Toutefois, rien de dramatique, du moins dans l'immédiat.

Pour la première fois depuis 2009-2010, aucun club suisse ne sera représenté sur le front européen à la reprise, en février. En effet, Bâle et Zurich ont été éjectés sans ménagement cette semaine.

La Suisse est le seul pays, parmi ceux disposant de cinq places en Coupe d'Europe (Ligue des champions et Europa League, phases qualificatives incluses) à n'avoir plus aucune équipe en lice. Et l'écart face aux dix meilleurs Championnats du continent se creuse.

Chute au classement mondial

Avec un total de 4300 points, la Suisse ne figure plus qu'au 20e rang du classement européen pour la saison en cours. En plus, elle peut théoriquement encore être dépassée par la Bulgarie, la Pologne et la Roumanie, qui comptent toutes une équipe qualifiée pour la suite des compétitions européennes.

Toutefois, le critère déterminant repose sur le classement UEFA sur cinq ans, où la Suisse devrait conserver sa 12e place à l'issue de la saison. Et quoi qu'il en soit, elle disposera toujours d'une place fixe en phase de groupes pour la Ligue des champions la saison prochaine.

Barrages pour accéder à la Ligue des Champions

C'est plus tard que cela pourrait se gâter, si la réforme envisagée par l'UEFA – et combattue par plusieurs pays des petites ou moyennes puissances du football – devait être entérinée telle quelle. L'UEFA doit du reste informer en fin de journée, ce vendredi.

Cette réforme prévoit d'attribuer, pour la période 2018-2021, quatre places fixes en phase de poules de la Ligue des champions à chacun des quatre principaux Championnats que sont actuellement l'Angleterre, l'Allemagne, l'Espagne et l'Italie, sachant que ce «big four» peut changer si d'autres pays, comme le Portugal ou la France, devaient progresser.

Le champion de Suisse ne serait alors plus directement qualifié pour la phase de groupes mais devrait en passer par un barrage. Au moins, et en cela la portée de la réforme peut être «dédramatisée», il serait assuré de ne pas avoir à affronter un adversaire du «big four», sachant celui-ci aurait tous ses représentants directement qualifiés.

Quelle que soit la future répartition des équipes, la Suisse partira d'une moins bonne position qu'aujourd'hui, sur le papier.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!