Actualisé

ImmigrationUne centaine d'enfants sauvés au large de la Sicile

La Marine italienne a secouru quelque 500 migrants clandestins, au sud de la Sicile dans la nuit de lundi à mardi. Cent trente-trois mineurs et 64 femmes se trouvaient à bord des embarcations.

1 / 4
Des dizaines d'immigrants clandestins, à bord de deux grandes barques, ont été secourus dans la nuit de lundi à mardi au sud de la Sicile.

Des dizaines d'immigrants clandestins, à bord de deux grandes barques, ont été secourus dans la nuit de lundi à mardi au sud de la Sicile.

Twitter, AFP
Des dizaines d'immigrants clandestins, à bord de deux grandes barques, ont été secourus dans la nuit de lundi à mardi au sud de la Sicile.

Des dizaines d'immigrants clandestins, à bord de deux grandes barques, ont été secourus dans la nuit de lundi à mardi au sud de la Sicile.

Twitter, AFP
Des dizaines d'immigrants clandestins, à bord de deux grandes barques, ont été secourus dans la nuit de lundi à mardi au sud de la Sicile.

Des dizaines d'immigrants clandestins, à bord de deux grandes barques, ont été secourus dans la nuit de lundi à mardi au sud de la Sicile.

Twitter, AFP

Parmi les immigrés en difficultés sur deux barques, se trouvaient plus d'une centaine d'enfants qui ont été transbordés sur une frégate italienne.

Tout a commencé lundi soir lorsqu'un hélicoptère de la Marine a repéré au sud de Capo Passero (sud-est de la Sicile) deux embarcations bondées, dont l'une était remorquée par l'autre à la suite d'une avarie.

Les mauvaises conditions météorologiques et l'absence d'équipement de sécurité sur les deux bateaux ont conduit la Marine à lancer la première phase du sauvetage qui a duré toute la nuit, avec l'appui de plusieurs navires marchands. La mer étant de plus en plus mauvaise, l'opération a été interrompue, puis a repris dans la matinée.

Naufrages

Beaucoup des immigrants provenant d'Afrique sub-saharienne, transitent par la Libye, aujourd'hui en pleine anarchie. Ils s'entassent dans des embarcations de fortune pour tenter la périlleuse traversée de la Méditerranée vers Malte ou Lampedusa, au large de la Sicile.

Depuis le début de l'année, près de 22'000 migrants et réfugiés sont arrivés par bateau sur les côtes italiennes, soit dix fois plus que sur la même période de 2013, selon Rome.

Le 12 mai, au moins 14 personnes étaient mortes dans le naufrage d'une embarcation chargée d'immigrés clandestins entre les côtes libyennes et l'île italienne de Lampedusa. La Marine italienne avait alors sauvé plus de 200 migrants.

Depuis l'automne et après deux naufrages ayant fait plus de 400 morts près de Lampedusa et Malte, l'Italie a engagé l'opération «Mare Nostrum» pour éviter de nouvelles tragédies de ce type. Le ministre de l'Intérieur, Angelino Alfano rappelle régulièrement que la «Méditerranée n'est pas une frontière italienne mais européenne», déplorant que l'Union européenne «n'aide pas» l'Italie.

Priorité de la présidence italienne de l'UE

Dans ce contexte, Rome veut faire de la recherche d'une politique commune sur l'immigration l'une des priorités de son semestre de présidence de l'UE à partir de juillet - au côté de la relance de la croissance économique.

«Il est essentiel pour nous d'avoir une vraie politique commune de l'immigration», a assuré Sandro Gozi, secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, présentant devant la presse ces priorités.

Sandro Gozi a exprimé le souhait que «Mare Nostrum devienne une opération européenne» et pas seulement italienne. Les navires italiens poussent souvent très loin vers le sud pour venir au secours des migrants partis de Libye. «Nous ne pouvons tout simplement pas laisser les gens se noyer», a assuré Sandro Gozi.

(ats/afp)

Ton opinion