Publié

JaponUne chaîne de restos va produire son riz à Fukushima

La chaîne Yoshinoya, spécialiste des bols de riz recouverts de viande, a décidé de produire son riz et ses légumes dans la région sinistrée par le tsunami et l'accident nucléaire de mars 2011.

Yoshinoya servira ses bols de riz recouverts de viande avec des aliments produits dans la région de Fukushima.

Yoshinoya servira ses bols de riz recouverts de viande avec des aliments produits dans la région de Fukushima.

AFP

La chaîne japonaise de restaurants Yoshinoya, spécialistes des bols de riz recouverts de viande, a annoncé mardi son intention de produire son propre riz et ses légumes dans la préfecture de Fukushima, pour soutenir cette région sinistrée par un tsunami et un accident nucléaire.

Bravant la peur de la contamination radioactive, Yoshinoya a créé mardi son exploitation agricole «Yoshinoya Farm Fukushima» dans l’agglomération de Shirakawa, à environ 80 kilomètres de la centrale ravagée.

Cette chaîne de restauration rapide essentiellement fréquentée par des hommes dit réfléchir depuis longtemps à la façon de produire ses propres ingrédients pour plus de garantie d’approvisionnement, de maîtrise des coûts et de sûreté pour ses clients. «Recevant le soutien de la préfecture de Fukushima, nous avons pu nous associer à des cultivateurs locaux pour créer cette exploitation», a expliqué le groupe Yoshinoya Holdings dans un communiqué.

La préfecture de Fukushima est traditionnellement une importante région agricole, mais, victime du désastre nucléaire causé par le tsunami du 11 mars 2011, elle est actuellement celle où la proportion de terres en jachère est la plus élevée.

Yoshinoya prévoit d’y exploiter jusqu’à 13 hectares d’ici à 2017-2018 (4,3 dans un premier temps) pour produire, outre du riz, presque tous les autres ingrédients nécessaires à son plat vedette, le "gyudon" (bol de riz recouvert de viande de boeuf), à savoir des oignons, du choux blanc, des poireaux fins.

«Bien entendu nous allons contrôler la radioactivité des produits et n’utiliserons que ceux dont le niveau sera inférieur à la limite légale fixée par les autorités», a précisé un porte-parole de Yoshinoya, Yasunori Yoshimura.

(AFP)

Votre opinion