23.03.2020 à 20:49

OlympismeUne championne québécoise: «Je suis fière d’être Canadienne»

Triple médaillée olympique, la plongeuse Meaghan Benfeito applaudit la décision de son Comité, le premier à refuser d'envoyer des athlètes à Tokyo en juillet 2020.

von
Sport-Center
Meaghan Benfeito avait décroché deux médailles de bronze aux JO de Rio en 2016.

Meaghan Benfeito avait décroché deux médailles de bronze aux JO de Rio en 2016.

Keystone

Le Comité olympique canadien (COC) a donc été le premier à annoncer qu’il renonçait à envoyer ses athlètes aux Jeux olympiques de Tokyo si ceux-ci avaient lieu à la date prévue, du 24 juillet à 9 août 2020. «Bien que nous reconnaissions les défis inhérents liés à un tel report, rien n’est plus important que la santé et la sécurité de nos athlètes et de la communauté mondiale», a souligné le COC.

Mais comment les sportifs ont-ils vécu cette situation de l’intérieur? «Chez nous, nous raconte la plongeuse Meaghan Benfeito (31 ans) par téléphone, la nouvelle a été rendue publique vers 22 h. Mais, nous, les athlètes, avions été informés sur notre groupe WhatsApp qu’il se tramait quelque chose vers 19 h. Personne n’en a parlé, tout le monde a pris le temps de bien réfléchir aux conséquences de cette décision sans céder à l’émotion.»

«Je suis sûre que d'autres vont suivre»

La triple médaillée olympique, qui n’est plus en mesure de s’entraîner à la piscine depuis quelques jours, s’est endormie sans céder aux émotions. «En me réveillant ce lundi matin, j’étais fière, fière d’être Canadienne, fière d’être membre d’une équipe qui a su définir les priorités. En ce moment, il y a des choses plus importantes que le sport. On parle quand même de la santé sur l’ensemble de la planète.» La spécialiste du plongeon à 10 m, tant en individuel qu’en synchronisé, espère que le message fort lancé par son COC fera boule de neige. «C’est bien que d’autres, comme l’Australie, emboîtent le pas. Je suis sûre que plusieurs vont suivre.»

La Québécoise ignore quand elle verra une autre eau que celle de son robinet, de son pommeau de douche ou de sa gouttière. Mais elle a un espoir. «Que ces Jeux olympiques soient déplacés d’un an. Mais remarquez que s’ils avaient lieu à une autre date, une fois que cette pandémie sera derrière nous et que les gens seront en sécurité, cela irait très bien aussi.»

Des périlleux dans la chambre d'amis

En attendant, Meaghan Benfeito continue à s’entraîner dans son appartement. «J’ai aménagé la chambre d’amis afin de pouvoir réaliser des sauts périlleux. Mon entraîneur m’envoie des exercices à réaliser, je lui fais parvenir des vidéos de mes pratiques et il me corrige. En fait, je fais tout ce que je peux pour me maintenir en forme.» Comme son footing matinal dans les rues de Montréal.

Avec l’objectif Tokyo 2021 dans le viseur.

Emmanuel Favre

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!