Bienne: Une cigarette incendiaire mène une propriétaire sur la paille
Actualisé

BienneUne cigarette incendiaire mène une propriétaire sur la paille

En fumant, un locataire a déclenché un sinistre qui laisse un découvert de 1,8 million à la propriétaire. Problème: le fumeur n'était pas assuré.

par
Vincent Donzé
Les appartements rendus inhabitables n'ont pas été reloués.

Les appartements rendus inhabitables n'ont pas été reloués.

DR

L'épilogue financier d'un incendie survenu l'an dernier à Bienne fait mal au coeur pour une propriétaire. Tenu pour responsable, le locataire de 54 ans à l'origine du sinistre n'est ni assuré, ni solvable.

Le feu avait pris le 24 juillet 2017, au 56 de la rue Dufour. Aujourd'hui encore, les appartements rendus inhabitables n'ont pas été reloués. Ce sera le cas d'ici le printemps, au terme des travaux de rénovation.

Le «Bieler Tagblatt» a suivi l'audience tenue cette semaine devant le Tribunal régional Jura bernois/Seeland. «C'était un choc», a témoigné la propriétaire, en larmes. Son problème: l'assurance immobilière bernoise n'a remboursé qu'un tiers du montant des dégâts.

Ardoise de 1,8 millions

Soustraction faite des subventions obtenues pour la rénovation d'un immeuble historique, il reste à la propriétaire une ardoise de 1,8 million. Problème: le fumeur qui a bouté le feu à l'immeuble n'est pas assuré.

Ce dernier a évoqué une explosion de la TV ou d'un portable, mais le Tribunal ne l'a pas cru. Séparé de sa femme, il accumulait les détritus dans son appartement: la couche d'emballage, de canettes et autres déchets pouvait atteindre un mètre, selon le «Bieler Tagblatt».

Il picolait

La justice a établi que la nuit précédent le sinistre, le locataire picolait devant la TV, jusqu'à s'être endormi vers six heures du matin. Cigarette au bec.

La négligence coupable du fumeur incendiaire n'a pas fait un pli au yeux du Tribunal. Mais son statut d'assisté fait une belle jambe à la propriétaire: elle ne récupérera pas grand chose, d'autant que le verdict peut être contesté en seconde instance.

Votre opinion