Publié

EspaceUne constellation de petits satellites de la NASA va garder à l’œil les ouragans

Après un premier lancement début mai, deux nouveaux satellites ont décollé vendredi de la Nouvelle-Zélande. La mission est désormais au complet et prête à surveiller les ouragans tropicaux.

De la taille d’une boîte à chaussures, les quatre satellites de la NASA pourront observer heure par heure les ouragans comme Ida, ci-dessus, photographié en août 2021.

De la taille d’une boîte à chaussures, les quatre satellites de la NASA pourront observer heure par heure les ouragans comme Ida, ci-dessus, photographié en août 2021.

AFP/NASA/HANDOUT

Les ouragans et typhons n’auront plus une heure de répit: après un second décollage réussi vendredi, une constellation de petits satellites de la NASA est désormais complète, et pourra observer l’évolution de ces tempêtes bien plus fréquemment qu’auparavant.

Une fusée Electron de l’entreprise Rocket Lab a décollé depuis Mahia, dans le nord de la Nouvelle-Zélande, avec à bord deux nouveaux satellites. Cette entreprise américaine avait déjà lancé les deux premiers au début mois. Son PDG Peter Beck s’est dit «fier» de la réussite de ces deux décollages, qui nécessitaient d’avoir lieu rapidement l’un après l’autre. La constellation est ainsi en place «à temps pour la saison 2023 des tempêtes», a-t-il souligné dans un communiqué.

De la taille d’une boîte à chaussures

Les satellites sont de la taille d’une boîte à chaussures, et évolueront à quelque 550 kilomètres d’altitude. À eux quatre, ils auront la capacité de repasser toutes les heures au-dessus des cyclones tropicaux – appelés ouragans dans l’Atlantique Nord, ou typhons sur le Pacifique –, contre toutes les six heures actuellement. La mission a été baptisée TROPICS.

Les informations récoltées (sur les précipitations, la température et l’humidité) pourront permettre d’améliorer les prédictions météo, de savoir notamment où l’ouragan touchera terre et à quelle intensité, et ainsi de mieux préparer d’éventuelles évacuations des populations vivant sur les côtes. Le Centre national des ouragans américain et le Joint Typhoon Warning Center bénéficieront notamment de ces nouvelles données.

Plus puissants avec le réchauffement climatique

La constellation devait à l’origine compter six satellites et non quatre, mais les deux premiers ont été perdus en raison du dysfonctionnement d’une fusée de l’entreprise américaine Astra peu après son décollage l’année dernière.

Avec le réchauffement de la surface des océans, les ouragans (ou typhons) deviennent plus puissants, selon les scientifiques. L’ouragan Ian qui a dévasté la Floride en 2022 a fait des dizaines de victimes et causé à lui seul plus de 100 milliards de dollars de dommages. Il s’agit de loin de la catastrophe météo la plus coûteuse du monde l’année dernière.

(AFP)

Ton opinion

1 commentaire