Publié

RussieUne des Pussy Riot fustige le système pénitentiaire

La deuxième jeune femme du groupe contestataire russe Pussy Riot, Nadejda Tolokonnikova, libérée lundi après avoir été amnistiée, a fustigé le système pénitentiaire russe.

1 / 40
(Archives) Des membres du groupe avaient notamment fait de la prison pour avoir chanté des hymnes anti-Poutine. (mercredi 1 mars 2017)

(Archives) Des membres du groupe avaient notamment fait de la prison pour avoir chanté des hymnes anti-Poutine. (mercredi 1 mars 2017)

Keystone
Nadejda Tolokonnikova a déclaré vouloir «chasser» le président Vladimir Poutine du pouvoir. (27 décembre 2013)

Nadejda Tolokonnikova a déclaré vouloir «chasser» le président Vladimir Poutine du pouvoir. (27 décembre 2013)

Reuters
Les deux jeunes femmes du groupe contestataire russe Pussy Riot, Maria Alekhina et Nadejda Tolokonnikova, sont revenues vendredi à Moscou. (27 décembre 2013)

Les deux jeunes femmes du groupe contestataire russe Pussy Riot, Maria Alekhina et Nadejda Tolokonnikova, sont revenues vendredi à Moscou. (27 décembre 2013)

AFP

Nadejda Tolokonnikova, une des membres des Pussy Riot libérée lundi, a affirmé que la Russie était «construite sur le modèle d'une colonie pénitentiaire».

«La Russie est construite sur le modèle d'une colonie pénitentiaire et c'est la raison pour laquelle il est si important de changer les colonies pour changer la Russie de l'intérieur», a-t-elle déclaré à des journalistes à sa sortie de détention à Krasnoïarsk en Sibérie orientale, selon des images retransmises à la télévision.

«Les camps sont le visage du pays», a-t-elle ajouté. Elle a jugé que le temps qu'elle avait passé en détention n'avait pas été «du temps perdu», et estimé qu'elle avait «grandi» grâce à cette expérience.

«J'ai vu cette petite machine totalitaire de l'intérieur», a-t-elle déclaré, promettant de se consacrer à la défense des détenus.

Nadejda Tolokonnikova a été libérée lundi après avoir été amnistiée, au terme de près de deux ans d'incarcération pour avoir chanté une prière «anti-Poutine» dans la cathédrale de Moscou.

(ats)

Votre opinion