13.06.2014 à 11:11

Une deuxième langue nationale restera prioritaire sur l'anglais

Ecoles primaires

Le Conseil fédéral ne laissera pas un canton sacrifier l'enseignement d'une deuxième langue nationale à l'école primaire sur l'autel de l'anglais.

Alain Berset rassure plusieurs sénateurs. Le Conseil fédéral ne sacrifiera pas une deuxième langue nationale au profit de l'anglais.

Alain Berset rassure plusieurs sénateurs. Le Conseil fédéral ne sacrifiera pas une deuxième langue nationale au profit de l'anglais.

Keystone

Alain Berset a répondu vendredi à l'inquiétude de plusieurs sénateurs, romands comme alémaniques, de droite et de gauche.

Le ministre de la culture a répété que le gouvernement attend le bilan d'un processus d'harmonisation des objectifs, dont la formation linguistique, en cours entre les cantons. Sa publication est prévue en août 2015. «Nous ne voulons pas retirer la confiance placée dans la responsabilité des cantons, qui a fonctionné jusqu'ici», a précisé Alain Berset.

Plusieurs orateurs l'ont pressé de dire ce que ferait le gouvernement si un canton devait «franchir le rubicon» avant la publication de ce bilan, c'est-à-dire donner la préférence à l'enseignement de l'anglais sur celui du français. «S'il n'y a pas d'autre solution, le Conseil fédéral est disposé à agir» à titre subsidiaire, comme le lui permet et même l'y oblige la constitution.

Vigilance

Nous réagirons «de manière calme, sereine, posée, mais très claire», a dit le Fribourgeois. «Nous attendons 2015 en étant conscients que les choses peuvent aller très vite. Il faut rester vigilants face au risque du fait accompli», a-t-il ajouté en finissant par dire qu'il chercherait le dialogue et ne porterait le débat sur le plan fédéral qu'en ultime recours. Différentes possibilités de réagir existent jusqu'à la révision de la loi sur les langues.

Le Conseil fédéral s'engage déjà dans la promotion de l'enseignement des langues nationales et dans les échanges scolaires. Un renforcement des mesures existantes est prévu dans le cadre du message culture pour la période 2016-2019. Le soutien aux échanges culturels entre régions devrait être augmenté de 50%. Il ne faut pas oublier l'italien.

Le ministre de la culture répondait à deux interpellations de Raphaël Comte (PLR/NE) et Christian Levrat (PS/FR). Ces derniers voulaient s'assurer de la réelle volonté du Conseil fédéral de faire usage des possibilités que lui donne la loi pour intervenir, même si l'enseignement est de la compétence des cantons.

Cohésion nationale

Les deux Romands ont reçu le soutien notamment de Felix Gutzwiller (PLR/ZH) et Joachim Eder (PLR/ZG). Pour eux, la cohésion nationale passe avant le fédéralisme. Il s'agit d'une question plus politique que pédagogique.

Le Conseil fédéral pourra compter sur le soutien du Parlement. La commission compétente du Conseil des Etats a déjà décidé de faire le point avec les cantons tout de suite après la publication du bilan en 2015.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!