Afrique - Une dizaine de morts lors d’attaques dans l’ouest du Niger
Publié

AfriqueUne dizaine de morts lors d’attaques dans l’ouest du Niger

Des assaillants à moto ont tué au moins dix personnes dans des villages de la région ouest de Tillabéri, où les djihadistes sont de plus en plus actifs.

Le Niger est confronté à ses frontières ouest avec le Mali et le Burkina, à de fréquentes attaques des groupes djihadistes sahéliens dont l’État islamique au Grand Sahara (Image d’illustration).

Le Niger est confronté à ses frontières ouest avec le Mali et le Burkina, à de fréquentes attaques des groupes djihadistes sahéliens dont l’État islamique au Grand Sahara (Image d’illustration).

AFP

Une dizaine de personnes ont été tuées jeudi au Niger lors d’attaques dans la région ouest de Tillabéri, où les civils sont de plus en plus ciblés par des djihadistes présumés, ont indiqué à l’AFP des élus locaux.

Les attaques ont eu lieu «aux environs de 15h30 locales (16h30, heure suisse), les assaillants à moto ont tué au moins quinze personnes, dont quatre dans le village de Danga-Zouani, et quatre à Korombara, un village tout proche. Les autres personnes ont été abattues dans leurs champs», a affirmé à l’AFP un élu local. Un responsable municipal a affirmé «qu’au moins dix personnes ont été tuées dans ces attaques» évoquant «un bilan encore provisoire».

Les assaillants «sont venus à motos» et «certains paysans ont été tués dans leurs champs où ils semaient» des céréales en ce début de la saison des pluies au Niger, a expliqué ce responsable municipal. «On nous a annoncé également que des greniers à céréales et des cases ont été brûlés», a-t-il déploré, assurant que «les Forces de défense et de sécurité (FSD) ont déjà été envoyées sur place pour sécuriser le secteur».

Zone dite des «trois frontières»

Un ex-maire de Tondikiwindi dans la même région, a «confirmé» les attaques, sans donner de bilan précis. Le territoire de cette commune rurale de Tondikiwindi avait été la cible en janvier d’attaques particulièrement meurtrières sur les villages de Tchoma Bangou et Zaroumadereye, au cours desquelles 100 civils avaient été tués par des hommes armés venus à moto qui avaient fui vers le Mali voisin.

Le territoire de la commune de Tondikiwindi avait déjà été le théâtre en 2017 d’une embuscade qui avait tué 4 membres des forces spéciales américaines et cinq soldats nigériens à Tongo Tongo. La région de Tillabéri se situe dans la zone dite des «trois frontières» entre le Niger, le Burkina Faso et le Mali.

Le 15 mars, dans la même région, des djihadistes présumés avaient mené plusieurs attaques contre des véhicules qui rentraient du grand marché hebdomadaire de Banibangou. Ils avaient également pris pour cible un village, massacrant des habitants et incendiant des véhicules et des greniers à céréales. Au total 66 personnes avaient été tuées.

Le Niger est confronté à ses frontières ouest avec le Mali et le Burkina, à de fréquentes attaques des groupes djihadistes sahéliens dont l’État islamique au Grand Sahara (EIGS) et dans le sud-est, aux atrocités des djihadistes nigérians de Boko Haram et de l’Iswap, issu d’une scission de Boko Haram.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires