20.09.2020 à 20:06

LausanneUne édition compliquée mais nécessaire pour Label Suisse

Malgré la pandémie et les restrictions qui vont avec, la fête de la musique suisse a pu proposer 60 concerts ce week-end à Lausanne.

Des festivaliers avec des masques écoutent la chanteuse Giulia Dabala, qui chante sur la scène de la place Centrale lors du festival Label Suisse le samedi 19 septembre 2020 à Lausanne.

Des festivaliers avec des masques écoutent la chanteuse Giulia Dabala, qui chante sur la scène de la place Centrale lors du festival Label Suisse le samedi 19 septembre 2020 à Lausanne.

Keystone

Label Suisse, la fête de la musique suisse, a bravé le coronavirus ce week-end à Lausanne. Le public a répondu présent, même si les spectateurs, masqués, étaient bien moins nombreux qu’à l’accoutumée en raison des jauges réduites.

«Nous sommes très fiers d’avoir pu proposer ces 60 concerts», a expliqué dimanche à Keystone-ATS Julien Gross, président de l’association Label Suisse. L’équipe a travaillé d’arrache-pied pour donner un coup de projecteur à la scène musicale suisse et apporter un petit bol d’air à un secteur au bord de l’asphyxie.

Pour les artistes, il est important de monter sur scène. «Tous ont dit leur reconnaissance», a observé Julien Gross. «Et le public est venu. Il y avait du monde partout». Les organisateurs ont émis cette année environ 12’000 billets gratuits – il fallait s’inscrire aux concerts pour assurer le traçage. Certes loin de la fréquentation estimée de la dernière édition en 2018 avec près de 90’000 personnes.

Copie à revoir

Les organisateurs ont dû revoir rapidement leur copie après les nouvelles règles sanitaires annoncées mardi par les autorités vaudoises. Les concerts ont finalement pu être maintenus, mais pas les «after-parties» prévues dans les clubs – fermés depuis jeudi.

Les spectateurs avaient l’obligation de porter un masque. «En grande majorité le public a joué le jeu. Même si au début, on avait des doutes, car on commençait vendredi avec une grande soirée hip-hop. Le public, toutes générations confondues, a respecté les règles».

Les bars ont dû rester fermés, même si les Docks et le Métropole ont improvisé un service de boissons à table, comme l’impose désormais le canton. Le manque à gagner pour le festival n’est pas encore connu. «On va faire le bilan financier ces prochains jours, puis nous discuterons avec la ville et le canton», a ajouté Julien Gross.

Au final, les organisateurs tirent un bilan positif de cette édition «compliquée». Mais ils se disent préoccupés quant à la faisabilité des manifestations culturelles. «Il est très difficile de construire quelque chose dans un contexte aussi instable», a observé Julien Gross. Une nouvelle édition est prévue du 16 au 18 septembre 2022.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!