Partenariat: Une épicerie gratuite destinée aux étudiants en situation de précarité
Publié

PartenariatUne épicerie gratuite destinée aux étudiants en situation de précarité

L’association genevoise La Farce, soutenue par la Loterie Romande, distribue des denrées alimentaires à un public estudiantin. Elle témoigne de la situation de nombreux jeunes sans revenus qui doivent poursuivre leurs études.

par
Victor Fingal
La récolte des invendus des marchés chaque mercredi à Genève s’effectue au moyen de vélos cargos.

La récolte des invendus des marchés chaque mercredi à Genève s’effectue au moyen de vélos cargos.

DR

Presque un rituel! Tous les jeudis, de 17 h à 19 h dans la cour de la Haute École de travail social, à la rue Prévost-Martin de Genève, La Farce attribue quelque 250 colis à des étudiants. «Certaines semaines, confie Mélanie Chabert, coprésidente de l’association genevoise avec Orianne Greder, nous avons distribué jusqu’à 270 paquets.»

Les bénéficiaires? Des étudiants qui ont perdu leur job avec la pandémie, d’autres qui ne peuvent pas concilier des études à plein temps avec un travail suffisant pour assurer leur subsistance ou des étrangers démunis et sans réseau. «Même ceux qui ont obtenu une bourse n’y arrivent pas toujours, poursuit la coprésidente, les autorités devraient se rendre compte combien ces aides financières ne répondent pas à leurs besoins.»

Inspirée d’un modèle breton

Mélanie et Orianne sont toutes les deux étudiantes en travail social. «II nous est très vite apparu combien la précarité frappait les Hautes écoles et l’Université. Des camarades de Rennes (F) nous ont alors parlé d’une épicerie gratuite destinée aux étudiants qui existait dans la ville bretonne. Nous nous sommes inspirées de cet exemple pour lancer La Farce à Genève en octobre dernier.»

Signe des temps, La Farce compte déjà plus de 600 membres. Pour obtenir des colis alimentaires, l’étudiant doit en effet payer une cotisation annuelle de 20 francs. Le demandeur recevra ensuite un courriel chaque semaine lui enjoignant de participer ou non à la prochaine distribution. «Cette inscription est obligatoire. Elle nous permet de connaître le nombre de paquets à préparer.» À l’intérieur des colis, des légumes, des fruits, des légumineuses et autres produits secs, parfois du pain, du fromage, et même des plats cuisinés par des apprentis cuistots qui préparent leur CFC.

Le mercredi, le jour avant la distribution, est dévolu au ramassage. Des vélos cargos, pilotés par des bénévoles, souvent eux-mêmes étudiants fauchés, sillonnent le canton de Genève. Maraîchers, grandes surfaces, marchés, restaurants, magasins d’alimentation, sans oublier la Fondation Partage, la banque alimentaire, sont mis entre autres à contribution.

La LoRo a offert un vélo cargo électrique

Pour atteindre son but, agir contre la précarité et le gaspillage alimentaire, tout en créant de la solidarité, l’association peut compter sur une centaine de bénévoles. Et sur des donateurs privés et des bailleurs institutionnels sans lesquels La Farce n’existerait pas: «Grâce au soutien de la Loterie Romande, dit encore Mélanie Chabert, nous avons pu acquérir un vélo cargo électrique qui est venu compléter notre flotte. C’est une aide très précieuse!»

Votre opinion