Publié

Etats-UnisUne étudiante pro-pilule traitée de «salope» par un chroniqueur

Une universitaire américaine s'est fait insulter par un animateur radio après son témoignage devant le Congrès sur la contraception.

Après avoir vanté les mérites de la pilule contraceptive, Sandra Fluke, étudiante américaine de 30 ans, ici au centre, a été invectivée par l'animateur radio venu pourtant recueillir son témoignage.

Après avoir vanté les mérites de la pilule contraceptive, Sandra Fluke, étudiante américaine de 30 ans, ici au centre, a été invectivée par l'animateur radio venu pourtant recueillir son témoignage.

Keystone

Il s'est excusé, mais le mal est fait. La jeune fille, étudiante, était venue témoigner sur les ondes de la radio, des bienfaits de la contraception orale. «Salope!», a ensuite lancé un animateur sur ces mêmes ondes. Les annonceurs ont menacé de se retirer. Le spectre de la chute des recette publicitaires a fait réagir le chroniqueur, qui a présenté ses excuses à l'invectivée. Trop tard.

La jeune femme a rejeté lundi les excuses de ce dernier. Sandra Fluke, âgée de 30 ans, a estimé lundi sur la chaîne américaine ABC que les excuses de Rush Limbaugh ne changeaient rien, «surtout lorsqu'elles ont été faites sous la pression des annonceurs».

Contraception remboursée

L'étudiante avait témoigné la semaine dernière devant une commission du Congrès au sujet du remboursement de la contraception. Cette disposition de la réforme de l'assurance-maladie promulguée par M. Obama fait débat en pleine année électorale.

Rush Limbaugh, un animateur radio très populaire chez les conservateurs, l'avait alors qualifiée de «salope» (»slut»). Il a estimé qu'exiger de rembourser la contraception faisait d'elle «une prostituée» et qu'elle voulait «être payée pour avoir des relations sexuelles».

Obama à la rescousse

Suite à ces propos, le groupe internet AOL a été le premier à annoncer qu'il ne passerait plus de publicité durant le «Rush Limbaugh Show», l'une des émissions radios les plus populaires des Etats-Unis. «Nous avons suivi les derniers événements et estimons que les propos de Mr Limbaugh ne sont pas en conformité avec nos valeurs», fondamentales», a déclaré le groupe sur son compte Twitter.

Des dizaines d'annonceurs, dont un important cabinet comptable en Californie et des entreprises spécialisées dans la technologie, se sont également retirés de la liste des annonceurs. Mme Fluke avait reçu vendredi le soutien du président Barack Obama par téléphone.

Après s'être excusé ce week-end sur son site internet, l'animateur a présenté lundi une nouvelle fois ses excuses à l'antenne: «Ces deux mots étaient inappropriés. Ils étaient déplacés. Je demande sincèrement une nouvelle fois pardon à Mlle Fluke d'avoir utilisé ces deux mots pour la décrire».

(ats)

Ton opinion