Actualisé 19.05.2020 à 15:08

AlimentationUne expo dégoûtante s’ouvre à Vevey

«Beurk! Yuck! Igitt!»: l’Alimentarium consacre dès mercredi une exposition aux aliments souvent jugés répugnants.

L'exposition est consacrée à «la nourriture qu'on adore détester».

L'Alimentarium de Vevey (VD) se penche sur le dégoût. Le musée y consacre à partir de mercredi une exposition temporaire, intitulée «Beurk ! Yuck ! Igitt ! The food we love to hate».

Cette exposition trouve son origine dans la contribution des internautes. Depuis décembre dernier et jusqu'à juin, ceux-ci sont invités à désigner sur une plateforme les aliments les plus répugnants, indique l'Alimentarium dans son dossier de presse.

Huîtres, cervelles ou choux de Bruxelles

A partir cette matière première, où se côtoient huîtres, cervelles ou choux de Bruxelles, les curateurs du musée veveysan ont imaginé une «cartographie du dégoût». Ils y esquissent les raisons biologiques, culturelles, esthétiques ou morales qui expliquent pourquoi tel ou tel aliment suscite une aversion. «Les dégoûts sont multiples. Ce sont aussi des constructions culturelles», explique Nicolas Godinot, conservateur.

Du vin de souris venu de Corée du Sud.

Du vin de souris venu de Corée du Sud.

La question écologique est également abordée sous l'angle du gaspillage alimentaire: «comment manger de la viande de façon écoresponsable en mangeant tout, même cette langue de boeuf qui nous révulse?», interroge l'Alimentarium.

Une «dégoûstation»

L'exposition est interactive avec la création d'un «Bar de dégoûstation», où les visiteurs peuvent s'essayer à des aliments impopulaires, comme des insectes, des graines de soja fermentées ou de l'époisses. D'autres denrées repoussantes, et qui varieront au fil des semaines, sont proposées à la dégustation les mercredis, samedis et dimanches après-midi.

Un «Orgue à arômes» et un «Schlingomaton» - qui permet de prendre en photo sa propre expression de dégoût - sont aussi proposés aux visiteurs.

L'Alimentarium, qui a rouvert ses portes la semaine dernière, a programmé divers évènements à partir de l'automne pour accompagner cette exposition. Un atelier est par exemple prévu début octobre autour du cochon, dont seuls les deux tiers sont actuellement consommés.

(ATS)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!