Publié

Séisme au NépalUne femme et un ado retrouvés vivants dans les décombres

Un jeune homme a été retrouvé dans les ruines de l'hôtel Hilton de Katmandou. Une femme a elle aussi la vie sauve.

1 / 69
Sur les 32 millions de francs qu'elle avait récoltés, la Chaîne du Bonheur en a déjà affecté 29.  (Mardi 24 avril 2018)

Sur les 32 millions de francs qu'elle avait récoltés, la Chaîne du Bonheur en a déjà affecté 29. (Mardi 24 avril 2018)

Keystone
Dans la population, la colère continue à monter face à la lenteur de la reconstruction (Dimanche 24 avril 2016).

Dans la population, la colère continue à monter face à la lenteur de la reconstruction (Dimanche 24 avril 2016).

Keystone
Une foule s'est rassemblée pour une veillée aux chandelles à Katmandou, la capitale, sur la place Durbar (Dimanche 24 avril 2016).

Une foule s'est rassemblée pour une veillée aux chandelles à Katmandou, la capitale, sur la place Durbar (Dimanche 24 avril 2016).

Keystone

Les sauveteurs ont sorti ce jeudi 30avril deux personnes vivantes des décombres au Népal, cinq jours après le séisme meurtrier qui a tué plus de 5'800 personnes et détruit une bonne partie du pays.

Le sauvetage du jeune Pemba Tamang, qui a raconté avoir survécu en buvant du beurre clarifié (le «ghee»), a été salué comme un miracle et accueilli par des applaudissements de la foule rassemblée autour des gravats qui le retenaient prisonnier.

Une fois sorti des ruines de l'auberge où il travaillait, l'adolescent, recouvert de poussière, a été allongé sur une civière avec une perfusion et une minerve avant d'être emmené à l'hôpital. Les médecins ne lui ont trouvé que quelques coupures et contusions.

En soirée, des secouristes français ont sorti à leur tour une femme vivante des décombres d'une auberge, également dans la capitale Katmandou. Agée d'une trentaine d'années, elle était «blessée, mais consciente et elle parlait», a indiqué un membre des secours militaires népalais, le major Uttam, sur les lieux du sauvetage.

Elle a été envoyée à un hôpital militaire», a-t-il ajouté. Ces miracles offrent une rare éclaircie dans un horizon pour l'heure très sombre au Népal.

Appel de l'ONU

Une porte-parole de l'organisation israélienne de secours l'ayant accueilli a indiqué que Pemba se portait «remarquablement bien». «Il est resté 120 heures dans les décombres et jamais nous n'avions entendu parler de quelqu'un ayant survécu aussi longtemps», a dit Libby Weiss.

Un autre homme avait été retiré vivant mardi soir des gravats par des sauveteurs français après 82 heures. Le jeune homme de 28 ans va devoir être amputé d'une jambe.

De leur côté, les Nations Unies ont lancé un appel de fonds de 415 millions de dollars (390 millions de francs). Les millions de rescapés manquent cruellement de vivres, de médicaments et d'eau potable dans la capitale Katmandou et les régions rurales.

L'activité reprend à l'Everest

Pour leur part, les autorités népalaises ont annoncé la reprise d'ici la semaine prochaine des ascensions sur l'Everest, une source de recettes cruciales pour le pays, en dépit des avalanches déclenchées par le séisme. Dix-huit personnes y ont perdu la vie.

Même si les répliques s'estompent, certaines ont encore été ressenties dans la nuit à Katmandou. La population de la capitale est épuisée et contrainte de survivre largement à l'extérieur. Selon l'ONU, quelque 70'000 maisons ont été détruites et 530'000 endommagées dans 39 des 75 districts du pays.

Dans son dernier rapport sur la situation, l'ONU souligne que les opérations de recherche et de secours (SAR) sont encore très limitées en dehors de Katmandou. «Certains villages ne peuvent être atteints qu'à pied, parfois à quatre à cinq jours de marche. Les quantités d'essence pour transporter les équipes SAR sont limitées», indique-t-il.

Cinq mille huit cent quarante-quatre personnes sont mortes au Népal depuis le séisme survenu samedi et plus de 11'000 personnes blessées, selon un bilan encore provisoire.

(ats-afp)

Votre opinion