Centrafrique - Une femme tuée dans l’attaque d’un convoi de MSF
Publié

CentrafriqueUne femme tuée dans l’attaque d’un convoi de MSF

Un convoi de Médecins sans frontières a été attaqué jeudi par des hommes armés dans le nord de la Centrafrique. Une femme a été tuée et trois personnes blessées.

Un véhicule de MSF à Bangui. C’est la troisième attaque en juin qui vise l’ONG dans la zone.

Un véhicule de MSF à Bangui. C’est la troisième attaque en juin qui vise l’ONG dans la zone.

AFP

«Deux pilotes de motos embauchés par Médecins sans frontières (MSF) ont été pris dans une embuscade par des hommes armés en Centrafrique alors qu’ils transportaient des blessés à Batangafo, une ville à 380 km au nord de la capitale Bangui», a écrit samedi l’ONG dans un communiqué, précisant qu’une femme avait été tuée lors de cette attaque, et trois personnes blessées, dont un enfant.

Le convoi était «clairement identifié», a assuré l’ONG dans son communiqué. «Les deux motards, attaqués en plein jour, avaient chacun un dossard MSF et un petit drapeau sur la moto», a précisé à l’AFP Caroline Ducarme, cheffe de mission de MSF en Centrafrique.

Guerre civile

L’organisation humanitaire a «condamné les incidents incessants qui affectent la mission médicale en Centrafrique et impactent sérieusement la santé de la population». «C’est la troisième attaque en juin qui vise MSF et nos patients dans la zone», située à une centaine de kilomètres de la frontière tchadienne, a souligné l’ONG.

La Centrafrique, deuxième pays le plus pauvre du monde selon l’ONU, est ravagée depuis 2013 par une guerre civile qui a néanmoins considérablement baissé d’intensité depuis 2018.

Depuis fin décembre, face à une rébellion visant à le renverser, l’armée du président Faustin Archange Touadéra à peine réélu a reconquis une grande partie de plus des deux tiers du territoire que contrôlaient jusqu’alors des groupes armés rebelles, mais seulement grâce à l’engagement de centaines de paramilitaires russes dépêchés par Moscou. Des combats ont toujours lieu entre des groupes armés et les forces pro gouvernementales.

«Situation d’insécurité alimentaire»

L’ONU a estimé fin mai que près de la moitié de la population était en «situation d’insécurité alimentaire», en raison de l’épidémie de coronavirus, mais également à cause de la situation sécuritaire.

Cette annonce de l’attaque d’un convoi de MSF en Centrafrique intervient au lendemain de la mort de trois employés de l’ONG humanitaire, une Espagnole et deux Éthiopiens, dans une attaque dans la région en guerre du Tigré éthiopien.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires